Théâtre français du CNA

SAISON 2017-2018

Illustration : Julie Charland

Mélanie DUMONT Directrice artistique associée, volet Enfance/jeunesse

Chercher la lumière

Le théâtre n’est pas un lieu hors du monde. Il s’y inscrit, autant que possible.

Mais alors que les limites de l’inconcevable sont repoussées de manière sidérante, faisant vaciller le sol sous nos pieds, la nécessité d’un théâtre plus lumineux que jamais s’impose. Plongée dans l’élaboration de cette nouvelle saison, avec le retour au bercail en tête, après une année en cavale, j’ai souhaité QUE LE THÉÂTRE BRASILLE AUSSI VIVEMENT QU’UN PHARE AU LOIN. Qu’il incarne dans la ville, au carrefour de ses artères et des foules affairées, un endroit cardinal où se poser et venir puiser force et courage, chaleur et élan.

Un théâtre-fanal. Oui, voilà ! Et nous pouvons déjà commencer à en rêver grâce aux artistes qui l’investiront pour l’alimenter de leur feu. Feu de joie, feu de Bengale, feu follet. Créatrices et créateurs cherchent aussi à répondre au besoin pressant de rescaper l’espoir, de vivifier les imaginaires, de donner une chance à l’invention, de défricher des chemins vers l’autre, de penser l’avenir. Il y aura donc des quêtes, du mouvement, des possibles. Des rires qui éclatent et une poésie qui se fabrique dans l’instant, avec presque rien. Des jeux avec l’improbable et une fantaisie où s’invitent les piques, les plumes et les poils d’un prodigieux bestiaire. Et on chantera sur scène. Et on dansera aussi, la musique dans les jambes.

Collons-nous à ce théâtre-fanal, à cette vie qui bat, à ces cœurs emballés et tendres qui traversent des forêts comme des frontières, qui défient l’histoire pour la réinventer, qui peignent avec de la boue ou dialoguent avec les oiseaux, quand ce n’est pas avec un œuf qui jappe. Pour que la lumière emmagasinée là, au creux du trésor qu’est l’enfance, étoile le monde présent.

Menu