La résidence du Théâtre français

© Pony

Laisser le champ libre pour écrire un spectacle

Parce que le théâtre nous ancre, nous bouscule, nous avale. Que sa fabrication mérite du temps, des réflexions et des échanges nourris avec le public. Nous avons à cœur de le faire éclore, d’exposer ses rouages, de repousser ses limites. Ouvrons les portes!

Projet spécial récurrent initié par Mani Soleymanlou, La résidence du Théâtre français permet d’accueillir un créateur ou une créatrice pour une durée de deux ans. Deux saisons complètes pour approfondir une démarche, un style, pour aiguiser sa plume ou la laisser s’envoler.

Le temps nous manque toujours en création et la résidence au Théâtre francais du CNA me permettra de creuser en profondeur le texte La mouette de Tchekhov, de travailler sa traduction, d’essayer d’autres avenues esthétiques que celles, souvent attendues pour cette dramaturgie. De chercher autour des thèmes évoqués dans la pièce (l’art et la création, le fossé générationnel, la soif de prendre sa place pour les jeunes artistes et la date de péremption redoutée par les artistes établis, les traditions et l’avant-garde) en fouillant dans la correspondance et les nouvelles de Tchekhov, en lisant des essais ou simplement en observant mes contemporains…

La mouette mise en abîme par Catherine Vidal

Pour les saisons 2022-2023 et 2023-2024, le Théâtre français ouvre les bras à Catherine Vidal, tête chercheuse à la culture large, à la curiosité intarissable et à l’intelligence vive. Ici, elle a tenu les rênes du spectacle Le grand cahier (2012), a agencé les paroles de femmes de S’appartenir (e) (2015) et a orchestré la traversée fantasmatique de Je disparais (2017).

Son but? Construire un cahier dramaturgique et scénique qui servira de pierre d’assise à une mise en abîme de La mouette de Tchekhov. Pour nourrir la bête, elle rassemblera des textes, des échos, des images, des musiques et des ambiances, pour les éprouver dans le corps des interprètes.

En dialoguant avec le classique, Catherine Vidal souhaite imposer une saine distance avec le chaos du présent. La manœuvre étanchera-t-elle nos soifs de profondeur, de perspective, d’idées nouvelles? Il faudra la suivre. Oser plonger avec elle dans sa création.

Divers rendez-vous avec le public sont prévus pour suivre l’évolution du projet. Ils prendront des formes originales, toujours différentes : lecture musicale, installation scénographique, création sonore. Au printemps 2024 naîtra un spectacle, produit par la compagnie Cœur battant, en coproduction avec le Théâtre français et en collaboration avec le Prospero.

Catherine Vidal et le Centre national des Arts 

Le public du théâtre français du CNA a déjà eu l’occasion de croiser la route de Catherine Vidal à plusieurs occasions. Elle a présenté en 2012 le spectacle Le grand cahier, une habile adaptation d’un roman d’Agota Kristof. En 2015, elle mettait en scène S’appartenir (e), une soirée dédiée à la parole des femmes pour célébrer la Journée mondiale du théâtre. Catherine a également orchestré la traversée fantasmatique de Je disparais en 2017.

Écoutez le balado : Je disparais

Catherine Vidal, metteure en scène, et Marie-France Lambert, interprète, discutent de la création de Je disparais en présence de Julien Morissette.

Menu