Événements et spectacles en direct au CNA – mise à jour du 12 février 2021.

Soutenir les artistes canadiens en temps de crise

Sky Dancers, A’nó:wara Dance Theatre © John Lauener et Brian Medina
In My Body, Crazy Smooth © Jerick Collantes
The Darkest Dark, Young People’s Theatre
Forgiveness, Arts Club Theatre Company et Theatre Calgary

Au cours de la dernière année, la pandémie de COVID-19 a profondément transformé la façon dont nous vivons et travaillons, nous appelant à voir et imaginer le monde différemment. Il va sans dire que le milieu des arts de la scène a été durement touché. Alors que plusieurs artistes affrontaient un avenir incertain, le Fonds national de création du Centre national des Arts a joué un rôle crucial dans le soutien des artistes et compagnies au Canada. Dans sa troisième année d’existence, le Fonds a investi des sommes importantes dans 13 nouveaux projets menés par certains des plus grands créateurs canadiens.

Financé entièrement par des dons à la Campagne d’appui à la création du CNA, le Fonds national de création est un catalyseur qui permet aux artistes canadiens de faire passer leurs projets à un autre niveau. Ses investissements accordent le temps et les ressources additionnelles dont les projets audacieux en musique, théâtre, danse et arts d’interprétation interdisciplinaires ont besoin pour réussir sur la scène nationale et internationale.

Plusieurs de ces projets s’inspirent d’histoires personnelles : The Darkest Dark de Young People Theatre, inspiré du livre pour enfants au succès international de l’astronaute canadien Chris Hadfield; In My Body du chorégraphe Crazy Smooth, qui puise dans ses sentiments de vulnérabilité comme danseur de rue vieillissant; Split Tooth de Tanya Tagaq, tiré du roman du même nom qui offre une vision radicale du futurisme arctique; et Forgiveness, l’adaptation théâtrale de Hiro Kamagama de l’autobiographie primée de Mark Sakamoto.

« C’est extrêmement enrichissant de collaborer avec une équipe d’artistes de théâtre sur l’adaptation d’Hiro Kanagawa de l’autobiographie inspirante de Mark Sakamoto, Forgiveness: A Gift from My Grandparents. Cette œuvre est un faisceau lumineux en cette période de turbulence. La lentille théâtrale donnée à ce récit véridique d’adversité et de pardon mettra en lumière les enjeux humains historiques qui demeurent aussi pertinents aujourd’hui qu’ils ne l’étaient il y a 70 ans. Il s’agit également d’un projet très personnel pour moi, puisque mon père, ma grand-mère, mes tantes et mes oncles ont été internés en Colombie-Britannique pendant la Deuxième Guerre mondiale. Je crois que 2021 sera l’année des nouveaux départs et des nouveaux chapitres, et je suis comblé que Forgiveness fasse partie de cette période d’éveil, » dit Stafford Arima.

D’autres nous invitent à voir le monde différemment, en abordant des enjeux de racisme, d’inclusion et de compassion : Backstage at Carnegie Hall utilise la musique pour explorer des générations de traumatismes liés à la race et la classe sociale; Everything Has Disappeared imagine l’impact d’une disparition mystérieuse de l’ensemble de la main-d’œuvre migrante philippine; et I Forgive You relate le cheminement étonnamment précoce de Scott Jones vers le pardon après une attaque brutale motivée par l’homophobie; et Sky Dancers creuse l’impact générationnel du désastre du pont de Québec en 1907, qui a tué 33 monteurs de charpentes métalliques de la communauté mohawk de Kahnawake.

« Le désastre du pont de Québec est un moment historique important pour ma communauté de Kahnawake, et un qui me tient à cœur. Sky Dancers est une production inspirée du disastre sur laquelle nous travaillons depuis quelques années. Nous sommes reconnaissants pour le soutien du Fonds national de création qui nous permettra d’atteindre les valeurs de production qui reflètent notre vision conceptuelle, musicale, et chorégraphique. Bien que les restrictions imposées par la COVID-19 au cours de la dernière année ont été frustrantes, elles nous ont tout de même donné plus de temps pour faire mûrir nos idées, nos concepts et notre créativité. Nous sommes heureux que cette production nous permettra de tisser des liens entre des personnes autochtones et non autochtones, et nous attendons impatiemment le jour où nous pourrons enfin partager cette œuvre avec le public. Nia:wen » dit Barbara Kaneratonni Diabo.

Le Fonds national de création est rendu possible grâce au généreux soutien de donateurs partout au pays à la Campagne d’appui à la création du Centre national des Arts. Le CNA est fier de s’associer à d’autres partenaires de développement créatif, dont le Conseil des arts du Canada, le Centre des arts Banff, le Centre de Création O Vertigo – CCOV, pour ne nommer que ceux-là.

Voici les 13 derniers projets à recevoir le soutien du Fonds pour un investissement total de 1,94 M$ provenant entièrement de dons privés. Le Fonds a également investi dans 35 autres projets, ce qui porte l’investissement total sur trois ans à 7,4 $ millions dans 48 projets.


Menu