L’appui au CNA d’un amateur d’art qui s’est découvert sur le tard

Michael et Hedy Segal © Photo fournie

Michael Segal, avocat de profession, l’admet : il ne raffolait pas des arts quand il était jeune. « J’ai grandi entouré de sport, dit-il. C’est ma femme, Hedy, qui m’a initié aux arts de la scène. Elle a une formation musicale. »

Ainsi, Michael ne savait trop à quoi s’attendre lorsque Hedy l’amena pour la première fois voir un ballet au CNA, il y a de ça des années. « On entendait beaucoup le bruit des pas des danseurs, contrairement à la télévision. Je trouvais ça curieux et ça m’a fait pouffer de rire, se rappelle Michael. Hedy était tellement embarrassée qu’elle a mis 20 ans à me ramener au ballet. »

Les choses ont bien changé depuis. Michael et Hedy fréquentent maintenant le CNA environ deux fois par mois. Ils assistent à l’opéra, au ballet et aux spectacles de la série Broadway, mais ce que Michael affectionne plus que tout, c’est l’Orchestre du CNA. « Impossible de reproduire sur un MP3 le son véritable d’un orchestre sur scène », soutient-il. 

En fait, Michael trouve aujourd’hui tellement de bonheur dans les arts de la scène qu’il s’est dit que le moment était venu de donner à son tour. C’est ainsi qu’il s’est joint au Club des entreprises de la Fondation du CNA, un regroupement de dirigeants de sociétés qui soutient le CNA dans son rôle de champion auprès des artistes, des élèves et des éducateurs partout au pays.

« C’est le meilleur deal en ville, assure Michael. Vous soutenez les arts et en retour, on vous accorde un crédit d’impôt et de nombreux privilèges. Le Service de conciergerie est aux petits soins avec vous; il vous trouve de bons sièges quand vous devez échanger vos billets à la dernière minute. Vous avez même un espace de stationnement réservé, ce qui est vraiment bien! »

Mais ce que Michael retire par-dessus tout de son adhésion au Club des entreprises, c’est la satisfaction de donner à une cause qui lui est chère : l’avenir des arts de la scène. « Je veux soutenir les arts et aider à faire en sorte que les prochaines générations connaissent la même chance que moi d’avoir les arts dans leur vie. »

C’est dans cet esprit que Michael s’attache à appuyer la Fiducie nationale pour la jeunesse et l’éducation, qui finance des initiatives contribuant à alimenter la créativité chez les jeunes de partout au pays.

« Je crois que l’intérêt pour les arts est un goût qui se développe. C’est ce qui s’est produit chez moi. Si je soutiens le CNA aujourd’hui, c’est pour cultiver ce goût chez les générations de demain, à commencer par mes petits-enfants, qui découvriront le ballet et l’opéra dans l’année qui vient. »

Michael Segal, avocat


Menu