Événements et spectacles en direct au CNA – mise à jour de septembre 2020.

Les mordus du CNA : Ken McKinlay

Ken McKinlay s’est porté bénévole comme hôte et barman au Salon des donateurs de la Fondation du CNA.
Le contrebassiste de l'Orchestre du CNA, Joel Quarrington. © Fred Cattroll

Ken McKinlay assiste à des concerts au Centre national des Arts depuis plus de 28 ans. Il en voit au moins 30 par saison.

Ken est le plus grand admirateur de l’Orchestre du CNA.

« C’est fou à quel point l’Orchestre me manque, » affirme Ken, dont le dernier concert, où l’Orchestre jouait Mozart, remonte au 26 février, deux semaines avant que le CNA ne ferme ses portes en raison de la pandémie.

Ces jours-ci, Ken se dit très reconnaissant des prestations numériques de l’Orchestre. « Je les écoute par amour. Je trouve que c’est une excellente façon de rester en contact avec l’Orchestre. »

Chaque jour, il écoute religieusement la Pause-midi avec l’OCNA.

« Ça ne dure que 5 ou 10 minutes; c’est pourquoi je m’assure d’écouter attentivement et de rédiger un commentaire. Les musiciens méritent notre respect et notre attention » indique le mordu de 54 ans.

Ken aime également la série Parlons musique, où Alexander Shelley s’entretient avec des musiciens renommés, ainsi que l’OCNA à domicile, qui présente des enregistrements de certains des meilleurs concerts archivés de l’Orchestre. « J’écoute l’enregistrement, et tout à coup je me rappelle que j’y étais! »

Accro aux Pops

L’amour que Ken voue à l’Orchestre date de 1992. C’est à ce moment qu’il commence à assister aux concerts Pops de l’OCNA pour se détendre après de longues journées à travailler en technologie de l’information à l’Hôpital Civic. À l’époque, ses connaissances en musique étaient assez limitées.

« La série Pops est une excellente porte d’entrée à la musique classique, dit Ken. C’est là où j’ai découvert d’autres styles, comme le baroque. J’ai commencé à m’intéresser aux autres séries de l’OCNA. C’était tellement captivant qu’il me fallait des billets! »

Plutôt qu’avoir à faire des choix et risquer de manquer un superbe concert, Ken a préféré s’abonner à la saison afin d’assister à tous les concerts de l’OCNA.

Depuis 1992, Ken conserve la même place pour tous les concerts Pops : A17, dans la Mezzanine. « C’est le siège idéal pour les Pops. Le son est très bon, et je vois tout ce qui se déroule sur scène. »

En progressant dans son éducation musicale, Ken a changé sa perspective sur la musique.

« Auparavant, je me créais des attentes avant les concerts. Aujourd’hui, je m’assois et j’écoute, tout simplement. Parfois, ce sont les concerts dont on attendait le moins qui nous impressionnent le plus. »

Des événements inusités peuvent se produire lors d’un concert, telle la fois où une corde de la contrebasse du musicien Joel Quarrington s’est brisée. « C’est un son qu’on n’oublie pas. On aurait cru un coup de fusil. Joel s’est arrêté un instant, puis s’est mis à modifier la position de ses doigts pour jouer le morceau avec les cordes restantes. C’était incroyable. »

Des amis de l’Orchestre

Avec le temps, Ken s’est mis à assister à de plus en plus de concerts, de causeries d’avant-spectacle, de répétitions ouvertes au public et de prestations du Programme des jeunes artistes du CNA. C’est ainsi qu’il a pu rencontrer plusieurs musiciens de l’Orchestre.

« Maintenant, quand j’assiste à un concert, je vois des amis sur scène. »

Ken a déjà suivi l’Orchestre en tournée à ses frais, les accompagnant jusqu’à Toronto, Winnipeg et même Londres pour les entendre jouer. « Une fois, j’ai salué les musiciens comme ils débarquaient de l’autobus au Roy Thompson Hall à Toronto. Ils m’ont dit : “Tu n’es pas venu jusqu’ici uniquement pour nous voir?” J’ai répondu : “Je voulais simplement m’assurer que vous ayez un ami dans la salle.” Je le fais parce que je respecte et j’admire les musiciens. »

Ken et sa famille étaient parmi les premiers donateurs à la Fondation du CNA, dès 1993. Ken concentre ses efforts philanthropiques principalement sur le Programme des jeunes artistes, bien qu’il appuie également d’autres initiatives du CNA.

Il s’est également porté bénévole comme hôte et barman au Salon des donateurs de la Fondation du CNA. C’est là où il a rencontré Jack Everly, le chef d’orchestre des Pops. « Sur scène, il a une présence énorme. Mais quand on le rencontre en personne, c’est un être humain de taille ordinaire, rit-il. C’était sympathique. »

Vision à long terme

Ken est également un passionné de généalogie. Il offre régulièrement des ateliers à la bibliothèque publique pour aider les gens à effectuer des recherches dans leur arbre généalogique. Il dit que ses recherches généalogiques l’aident à placer le moment historique actuel en perspective.

« J’adopte une vision à long terme, » explique-t-il. « Regardez la pandémie de 1918. Les orchestres ont cessé de jouer à ce moment également. Les théâtres ont fermé leurs portes. Et vous savez quoi? Nous sommes toujours là. Les arts vont survivre. Ça va bien aller. »


Menu