Événements et spectacles en direct au CNA – mise à jour du 22 octobre 2021.

Everywhere the Edges

Rebecca Lazier Halifax
  • Metteure en scène et chorégraphe Rebecca Lazier

Comment faire face aux changements constants ? Existe-t-il une éthique de la vie dans la précarité ? Ces questions sont à l’origine de Everywhere the Edges, une installation de performance composée de chorégraphies hors-sol exécutées à l’intérieur, sur, sous, autour - et créées simultanément avec - une volumineuse sculpture en filet de Janet Echelman. Activée et transformée par six danseurs exceptionnels, l’œuvre est une synthèse de danse expérimentale, de cirque d’avant-garde, d’ingénierie, d’art sonore, de sculpture cinétique et d’art public.  

Guidé par la chorégraphe Rebecca Lazier, le projet associe la science et l’ingénierie des sculptures impressionnantes d’Echelman à l’histoire humaine des liens personnels de l’équipe de création avec les océans et l’environnement. Faisant de la performance et de la sculpture des partenaires égaux, Everywhere the Edges met en lumière la connectivité et la résilience humaines dans une période d’incertitude sans précédent. 

Compagnie

Rebecca Lazier est une chorégraphe et éducatrice basée à New York et en Nouvelle-Écosse qui a chorégraphié plus de quatre-vingts œuvres présentées dans six pays. Reconnue comme une expérimentatrice audacieuse, Rebecca crée des danses d’une vitalité physique explosive inspirée par la réflexion et l’innovation que permet la collaboration. Elle s’éloigne continuellement de la danse pour s’intéresser à la musique expérimentale, à l’ingénierie, à l’architecture, à l’anatomie et aux arts visuels, et son travail met de plus en plus l’accent sur la fusion de formes disciplinaires dans des systèmes émergents en constante adaptation, sur scène et en studio.  

Janet Echelman sculpte à l’échelle de bâtiments et de pâtés de maisons. Son travail défie toute catégorisation, car il combine la sculpture, l’architecture, le design urbain, la science des matériaux, l’ingénierie structurelle et aéronautique, et l’informatique. L’art d’Echelman se transforme au gré du vent et de la lumière, et passe du statut « d’objet que l’on regarde à celui d’expérience dans laquelle on peut se perdre ». Utilisant des matériaux improbables - des particules d’eau atomisées à des fibres artificielles quinze fois plus résistantes que l’acier - Echelman associe l’artisanat ancien à des logiciels de conception informatique pour créer des œuvres d’art qui sont devenues des foyers de la vie urbaine sur les cinq continents.  

Équipe artistique

  • Metteure en scène et chorégraphe Rebecca Lazier
  • Artiste visuelle et conceptrice de sculpture Janet Echelman et Studio Echelman
  • Musique New Hermitage
  • Conception d’éclairage Leigh Ann Vardy
  • Conception de costumes Mary Jo Mecca avec Janet Echelman
  • Conseils dramaturgiques Tonya Lockyer
  • Créé en collaboration avec les danseuses et danseurs Dylan Brentwood, Gillian Seaward-Boone, Leah Skerry, Dawn Shepherd et Lydia Zimmer
  • Gréage et conception acrobatique Ryan Gray and Dawn Shepherd
  • Direction technique Eleanor Creelman

Investissement du Fonds national de création

L’investissement de 160 000 $ du Fonds national de création permettra une période de développement prolongée pour les versions intérieures et extérieures de l’œuvre, dont des ateliers techniques et davantage de temps de répétition pour un plus grand nombre de danseuses et danseurs.  

Reconnaissance

Producteur contractant et diffuseur : Live Art Dance 

Coproducteurs :  Mocean Dance, Breaking Circus 

Une co-commande de Princeton University  

Développé avec le soutien du Fonds national de création du Centre national des Arts; le Conseil des arts du Canada; Arts Nouvelle-Écosse; le Ministère des Communautés, de la Culture et du Patrimoine de la Nouvelle-Écosse, ville de Halifax; et le Studio Barry Onouye, Département d’architecture, Université de Washington. 

Représentations

Première mondiale en 2022. 


Menu