Onze artistes, filles et femmes âgées de 5 à 72 ans, se retrouvent dans un théâtre inondé.  Chacune semble porteuse d’un savoir gardé secret, d’un ballot d’histoires à chuchoter. Elles sont à la fois commencements, désirs et puissances. Leurs habits et leurs bagages donnent quelques indices sur leur provenance, mais leur mystère demeure opaque, à l’image de l’eau trouble dans laquelle elles pêchent et se contemplent.  Au gré de leurs métamorphoses tantôt ludiques, tantôt étranges, elles célèbrent la désinvolture, le secret et l’irrévérence.

Comme pour son spectacle La chambre des enfants, la compagnie imagine cette fois une « chambre de filles et de femmes » où se trament des moments d’affections, de transmission, de violence et surtout d’humour. Les créateurs tissent ainsi une communauté de fortune pour explorer les notions d’entraide, de solidarité féminine et même de rivalité au fil d’explorations performatives et de discussions improvisées. Un rendez-vous à ne pas manquer pour découvrir la démarche singulière de L’eau du bain où le plateau devient la fabrique d’un univers débridé.

Compagnie

Fondée par Nancy Bussières, Anne-Marie Ouellet et Thomas Sinou.

Que ce soit sur un lac gelé ou dans un CHSLD, L’eau du bain se déplace pour créer, sort de la boîte noire pour aller à la rencontre de nouveaux paysages, d’autres personnages.

Basé à Chelsea en Outaouais, l’organisme puise sa matière première dans le réel et la façonne pour créer des univers enveloppants dans lesquels les trames fictionnelles apparaissent et s’évanouissent. Les installations comme les œuvres théâtrales de L’eau du bain déploient un langage scénique et numérique où le son et la lumière sont conçus pour faire vibrer le corps interne du spectateur ou de la spectatrice, qu’iel soit adulte ou enfant. À chaque création, des nouvelles règles de jeu sont statuées et des nouvelles machines sont inventées.

Le travail avec et pour les communautés est central à la démarche de L’eau du bain, il la façonne de l’intérieur. Les artistes de la compagnie créent avec des gens de tous âges et d’horizons variés pour accueillir les différences et sortir des territoires familiers. L’aspect plus sensoriel que narratif des expériences que L’eau du bain propose permet une grande accessibilité. 

Équipe artistique

  • Mise en scène Anne-Marie Ouellet
  • Dramaturgie Émilie Martz-Kuhn
  • Lumières Nancy Bussières
  • Scénographie Karine Galarneau
  • Costumes Marie-Audrey Jacques
  • Conception sonore Thomas Sinou
  • Performeuses Rasili Botz, Marie-Ève Fontaine, Nadia Gagné, Jasmine Guilbault, LiCan-Marie Leduc, Jane Mappin, Sophie McPhail-Guay, Charlotte Richer, Camille Schryburt-Cellard, Inès Sinou, Jeanne Sinou
  • Direction de production Mégane Trudeau
  • Direction technique Charlie Loup Turcot
  • Assistance à la mise en scène Lauriane Cuello

Investissement du Fonds national de création

L’investissement de 130 000 $ du Fonds national de création permettra à la compagnie d’organiser une résidence de six semaines pour tester l’utilisation de l’eau comme élément lumineux, sonore et poétique et son intégration dans la conception des éclairages, des costumes et de l’environnement sonore. L’investissement du Fonds vise également à soutenir une conception écoresponsable des costumes et de la scénographie, à offrir plus d’heures de répétition et à renforcer l’équipe de production responsable de cette œuvre ambitieuse sur le plan technique.

Reconnaissance

Partenaire de production et diffusion:  Espace GO

Partenaires de production:  Département de théâtre de l’Université d’Ottawa, École supérieure de théâtre, Hexagram-UQAM

Partenaire de diffusion: Théâtre français du Centre national des Arts

Subventionneurs: Conseil des arts du Canada, Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil de la recherche en sciences humaines, Faculté des arts de l’Université d’Ottawa

Développé avec le soutien du Fonds national de création du Centre national des Arts.

Représentations

Performances passées