Aujourd'hui à 10 h, suivez en direct la séance matinale pour The Republic of Inclusion

Alexander Shelley amorce son mandat à la direction musicale de l’Orchestre du CNA

Alexander Shelley et l'Orchestre du CNA

Alexander Shelley et l'Orchestre du CNA

Alexander Shelley et l'Orchestre du CNA

Alexander Shelley et l'Orchestre du CNA

Fred Cattroll

C’est comme visiter un vieil ami.

C’est ainsi qu’Alexander Shelley, le nouveau directeur musical de l’Orchestre du CNA, décrit la joie qu’on ressent en assistant à un concert de musique classique. « Il n’y a rien de tel que de  revisiter des pièces qu’on adore, de les entendre jouées différemment, d’une façon qui fait ressortir des éléments qu’on n’avait jamais perçus auparavant », dit-il.

Ce grand artiste issu d’une famille de musiciens classiques s’attachera à présenter tout au long de la saison 2015-2016 des œuvres du répertoire habituel de l’Orchestre du CNA – Beethoven, Mozart, Tchaïkovsky et Brahms. Et il s’investira avec tout autant d’énergie dans un autre volet : la création.

« Ouvrir ses oreilles à la nouveauté, voilà une autre façon d’apprécier la musique. C’est comme rencontrer de nouvelles personnes. Ça nous rappelle que dans les pièces que l’on tient pour des classiques, il y a toujours une foule d’éléments de nouveauté, explique Alexander. « En s’intéressant à la création, on voit sous un angle différent des œuvres qu’on connaît et qu’on adore. » 

Que ce soit dans de grands classiques ou de nouvelles œuvres qu’il a commandées, Alexander est impatient de prendre la barre de l’Orchestre du CNA dans lequel évoluent, dit-il, « certains des meilleurs musiciens qui puissent se trouver ». Il salue ses prédécesseurs, particulièrement Pinchas Zukerman, grâce à qui l’Orchestre du CNA compte aujourd’hui parmi les plus prestigieux ensembles du monde, et affirme que son but premier comme directeur musical est de préserver cet héritage.

« Je veux élever encore davantage la réputation internationale déjà très enviable de l’Orchestre, précise Alexander. Avec ses membres, je vais m’atteler avec enthousiasme à faire de l’ensemble un centre à l’avant-garde de la création, où les grands classiques côtoient en harmonie les œuvres nouvelles. Nous sommes bien placés pour y arriver car l’Orchestre du CNA est connu pour la grande qualité et le style de ses interprétations du répertoire courant. Nous avons, à titre d’institution nationale, la responsabilité d’offrir un forum pour la créativité. »

Alexander admet que c’est là un plan ambitieux, et il est reconnaissant aux donateurs du CNA qui partagent sa vision et sa passion pour la musique. « Nous comptons sur l’appui des donateurs pour concrétiser notre plan qui consiste à être un catalyseur de la création partout au pays,  insiste-t-il. On ne peut qu’éprouver un sentiment de modestie quand on rencontre des gens qui investissent leur argent durement gagné dans une telle vision. Je me sens la responsabilité de leur donner une idée claire d’où l’on va et de leur montrer que leur investissement s’inscrit dans la durée. Car c’est la raison d’être des arts que de durer. »

Alexander a déjà fait connaissance avec nombre de précieux donateurs du CNA, et espère en rencontrer une foule d’autres dans les débuts de son mandat. « Voilà un cercle de gens brillants à l’esprit visionnaire », dit-il des mécènes du CNA. « Je leur suis profondément reconnaissant de leur soutien. Musicalement parlant, je compte faire du CNA mon chez-moi. Je me sens d’ailleurs déjà chez moi ici, et ce foyer, je le chérirai fièrement. »

Diana Boehm

Menu