Le drapeau franco-ontarien flotte fièrement devant le Centre national des Arts

Le président et chef de la direction du Centre national des Arts, Peter Herrndorf, entouré d’artistes et de représentants d’associations franco-ontariennes, a hisser le drapeau franco-ontarien ce matin pour souligner trois anniversaires : le 40e du premier lever du drapeau franco-ontarien, le 5e du Jour des Franco-Ontariens et le 400e de la présence des francophones en Ontario. Il était accompagné de Éric Charlebois, président, Association des auteur(e)s de l’Ontario français, Pierre Simpson, président, Théâtre Action, Daniel Sauvé, président, Association des professionnels de la chanson et de la musique, et Robert Gagné, directeur administratif, Théâtre français du CNA. La lever du drapeau a eu lieu le même jour que la première de l’événement-spectacle du Théâtre français du CNA intitulé À quoi ça sert d’être brillant si t’éclaires personne ? – un jam littéraire et musical sur la parole franco-ontarienne d’hier et d’aujourd’hui mis en scène par Lisa L’Heureux et Gabriel Robichaud sous la direction artistique de Brigitte Haentjens. Ce happening festif et mordant réunis des artistes comme Pandaléon, Andrea Lindsay, Mehdi Hamdad, Nicolas Desfossés et Anie Richer. L’événement est placé sous le signe du poème « À quoi ça sert / d’être / brillant / si / t’éclaires / personne » signé Patrice Desbiens. Il mêle les mots du fameux triple D (Dalpé, Desbiens, Dickson), auxquels s’ajoute ceux de Michel Ouellette, Éric Charlebois, Sonia Lamontagne, Charlotte L’Orage et de nombreux autres. C’est un véritable hymne au territoire et à sa langue avec des textes comme des Cris et blues, une Sainte colère, des Poèmes anglais, un Chien et un Miroir sans teint. Les créateurs de ce happening ont été inspirés par les œuvres de plus d’une soixantaine d’artistes.  


Menu