L’architecte Jennifer Mallard nous fait part de l’inspiration derrière le renouvellement architectural du CNA

Lors de sa conception dans les années 1960, le Centre national des Arts a été décrit comme « une forteresse pour les arts ». Assister à un concert était une occasion solennelle à l’écart des activités quotidiennes. « Fred Lebensold, l’architecte d’origine, voyait l’édifice comme un affleurement de granite surgissant du Bouclier canadien », explique Jennifer Mallard, architecte d’opération. « Et je crois que c’est de là que provient son idée de grille hexagonale, c’est comme un morceau de roche fracturée ».

De nos jours, les salles de spectacles aspirent à être plus accessibles et ouvertes à leurs publics. « Nous sommes plus contemporains », explique encore Mme Mallard en référence à la nouvelle conception, « la structure est transparente et plus légère. Et nous faisons appel au bois plutôt qu’au béton pour apporter de la chaleur. »

Assister à un concert ou aller au théâtre n’est plus un passe‑temps élitiste, néanmoins une appréciation pour le passé et la tradition demeure toujours présente.

« En cherchant à agrandir cet édifice de conception magistrale, nous avons évidemment dû respecter ce qui était déjà là, et la seule manière d’amplifier la structure a été de travailler avec la géométrie d’origine. »

Suivez la progression des rénovations, de la première pelletée de terre à aujourd’hui.


Menu