Événements et spectacles en direct au CNA – mise à jour du 22 octobre 2021.

« Famille choisie » de Margot Durling

Famille choisie de Margot Durling, exposée sur la Lanterne Kipnes © Greg MacKay
Famille choisie de Margot Durling, exposée sur la Lanterne Kipnes © Jay Westerlund
Famille choisie de Margot Durling, exposée sur la Lanterne Kipnes © Greg MacKay

LA FAMILLE CHOISIE DE MARGOT DURLING CÉLÈBRE LES GENRES AU-DELÀ DE LA BINARITÉ 

Une nouvelle animation représentant 30 familles célèbre la communauté 2SLGBTQIA+ et crée un espace accueillant, aidant et sécuritaire pour tout le monde.

« En appuyant ce projet, le CNA indique qu’il adhère à ce message au quotidien, et non seulement quelques jours par année [durant la Fierté]. Pour moi, c’est exemplaire vu le profond impact que de telles installations peuvent avoir. Ça peut changer des vies », a affirmé Margot Durling.

Cet été, une version animée de l’installation de Halifax Famille choisie, de l’artiste non binaire, trans et queer Margot Durling, illuminera la Lanterne Kipnes. Cette œuvre dynamique et haute en couleur célèbre les liens d’appartenance et la diversité des genres, des sexualités et des relations humaines.

Durling est visualiste et responsable de la direction artistique du Fathom Studio à Dartmouth. Pour l’installation originale (exposée au parc Halifax Common), l’artiste a ludiquement modifié les symboles (glyphes) féminin et masculin traditionnels pour créer un alphabet coloré ou langage universel reflétant toute la diversité des genres et des orientations sexuelles ainsi que les liens qui les unissent.

« L’installation vise à pousser la réflexion au-delà de la binarité. J’ai déconstruit les stéréotypes et symboles sexuels traditionnels pour brouiller délibérément les cartes et inciter les gens à libérer leur pensée du masculin et du féminin », explique Durling, qui utilise des pronoms non genrés. 

L’artiste a créé cette œuvre en explorant le rôle important que la visibilité et des représentations positives du genre et de la sexualité peuvent jouer dans la création d’un environnement bienveillant et accueillant, surtout pour les personnes qui ont historiquement souffert d’exclusion, de marginalisation et de fausses représentations.

« Les familles sont un peu différentes de nos jours, explique Durling. Se faire accepter et traiter comme une famille est une chose magnifique, et c’est l’idée même au cœur de [Famille choisie]. »

L’installation numérique interactive met en scène 30 personnes d’horizons divers qui peuvent s’adapter et interagir, de la même façon que les individus et les familles s’adaptent, évoluent et s’épanouissent.

« Le contraste entre la permanence de l’environnement bâti et la nature dynamique de l’installation numérique est une des choses qui me fascinent le plus dans tout ça. L’installation permanente fige un moment dans le temps alors que l’installation numérique est temporaire et éphémère, ce qui pousse encore plus loin le concept même de “famille choisie” », explique Durling.

« Il existe des façons symboliques de communiquer l’acceptation et l’appartenance. L’animation permet en outre, selon moi, de montrer l’impact que nous avons sur les autres et vice-versa. Nous avons donc cette capacité infinie d’exprimer toute la gamme des identités et des relations de façon encore plus universelle pour que tout le monde se sente inclus. »

POUR LA VISIBILITÉ ET L’ACCEPTATION

Durling croit que la représentation de la diversité des genres dans les différentes communautés du monde peut aider toute personne qui est à la recherche de son moi authentique.

« Voir son identité reflétée dans l’environnement bâti est une source de profonde validation et contribue au sentiment d’appartenance. C’est l’effet que j’espère susciter chez le public par cette œuvre », explique l’artiste.

Malheureusement, dit Durling, les personnes qui ne cadrent pas avec la binarité homme/femme traditionnelle ne sont pas toujours acceptées ni incluses. L’artiste décrit l’impact tragique que la discrimination et l’exclusion peuvent avoir sur les personnes trans, qui sont plus à risque de suicide et de maladie mentale.

« Ça peut sembler incroyable, mais encore aujourd’hui, il n’est pas évident de sortir du placard, poursuit l’artiste. Ce projet est en partie un rappel qu’on a le droit d’être soi-même. Il est aussi très important d’être solidaire et de continuer à lutter pour la justice et l’équité. »

Durling a vécu maintes expériences de discrimination. Même s’il lui a été difficile de parler publiquement de son vécu, l’artiste est d’avis que le besoin de visibilité dans les arts et les espaces publics demeure vital.

« Il serait impossible de faire le décompte de toutes les identités de genre, dit l’artiste. L’art fait exploser ces marqueurs. L’art déconstruit et remet en question les normes relatives aux genres. J’espère que cette œuvre sera porteuse d’espoir et incitera à poursuivre la lutte pour la justice et l’équité. »

QU’EST-CE QU’UNE FAMILLE CHOISIE?

Durling explique que bien des membres des communautés queers se font encore exclure ou rejeter par leur famille d’origine. Souvent, ces personnes se « choisissent » une nouvelle famille formée de personnes qui les soutiennent, les acceptent et les aiment d’un amour inconditionnel, quelle que soit leur expression de genre ou leur sexualité.

Durling, pour sa part, s’est fait expulser du domicile familial à 17 ans. C’est dans certaines amitiés profondes et durables que l’artiste a trouvé le soutien et l’acceptation nécessaires pour avoir la force de s’affirmer.

« [Famille choisie] est un terme très courant dans notre communauté. Il représente des liens solides nés de l’amour inconditionnel de personnes qui vous connaissent intimement et qui vous accueillent, vous acceptent et vous rendent hommage de façon tout à fait merveilleuse. Quand votre propre famille vous rejette, vous subissez un profond traumatisme irréversible. »    

UN HOMMAGE À LA COMMUNAUTÉ 2SLGBTQIA+

L’installation Famille choisie est exposée dans le parc Halifax Common. Durling décrit ses effets sur les membres du public et explique que l’œuvre est un baume et une source de visibilité pour de nombreuses personnes.

« J’ai reçu énormément de commentaires, surtout de la part de familles. De la part de personnes et de jeunes qui, pour la première fois, voyaient dans le monde ou l’environnement bâti quelque chose qui leur ressemblait. Une œuvre qui leur disait qu’on a non seulement le droit d’être soi-même, mais aussi que c’est beau. Beaucoup de parents m’ont écrit pour me dire que ça leur avait permis d’avoir une conversation avec leurs enfants qu’ils n’auraient peut-être pas pu avoir autrement », explique l’artiste.

Un autre aspect important de l’œuvre est sa capacité de nouer un dialogue avec des personnes qui ne sont pas membres des communautés 2SLGBTQIA+.

« De nombreuses personnes ne connaissent que les symboles mâle et femelle, mais il suffit d’une recherche rapide sur Internet pour voir qu’il existe des dizaines et des dizaines d’identités de genre et de symboles pour les représenter. Je pense que pour certaines personnes, il est déjà stupéfiant de se rendre compte qu’il existe plus de deux genres. Pour les personnes qui ne sont pas dans notre communauté, je pense que ça ouvre vraiment les yeux », dit Durling.

« En appuyant ce projet, le CNA indique qu’il adhère à ce message au quotidien, et non seulement quelques jours par année [durant la Fierté]. Pour moi, c’est exemplaire vu le profond impact que de telles installations peuvent avoir. Ça peut changer des vies », poursuit l’artiste.

Famille choisie est exposée sur la Lanterne Kipnes pour la Journée internationale de la non-binarité (14 juillet) et au cours des célébrations de la Fierté d’Ottawa en août.  

Pour les personnes qui veulent en apprendre plus à ce sujet, voici quelques ressources;

Questionnements : http://guidelgbt.org/p/Trans

Besoin de parler et/ou de soutien : https://interligne.co/outils-et-informations/

Ressources pour les parents de jeunes non-binaires et trans : https://jeunesidentitescreatives.com/ressources

À propos de la Fierté au Canada

Au Canada, les célébrations locales de la Fierté s’étendent sur plusieurs mois, entre juin et septembre, où les communautés 2SLGBTQIA+ et les allié·e·s se rassemblent à différents moments de l’été afin de mettre en lumière la résilience, le talent, et les contributions des communautés 2SLGBTQIA+ dans plusieurs villes canadiennes.

Historiquement, les rassemblements pour célébrer la Fierté ont émSergé des premières manifestations d’envergure pour les droits des personnes 2SLGBTQIA+, qui ont eu lieu au Canada, notamment à Ottawa et à Vancouver, en 1971, soit il y a 50 ans. En 1973, des activités de la Fierté se sont tenues dans plusieurs villes canadiennes, dont Vancouver, Toronto, Ottawa, Montréal, Saskatoon et Winnipeg. La fin de semaine de la Fierté à Toronto, en juin, est aujourd’hui l’une des plus grandes manifestations de la Fierté en Amérique du Nord.


Menu