Le Wild West Show de Gabriel Dumont : une pluralité de voix pour raconter le pays

Le Wild West Show de Gabriel Dumont tiendra l’affiche du CNA en octobre, avant d’être présenté en tournée à Montréal, Winnipeg et Saskatoon

Le Wild West Show de Gabriel Dumont tiendra l’affiche du CNA en octobre, avant d’être présenté en tournée à Montréal, Winnipeg et Saskatoon

Illustration : Julie Charland

La conversation téléphonique vient à peine de commencer que, déjà, Yvette Nolan s’emballe pour Le Wild West Show de Gabriel Dumont, une ambitieuse création collective sur le thème du métissage, de l’exil et de l’identité, dont la première mondiale aura lieu le 18 octobre 2017 au Théâtre français du Centre national des Arts.

Pour écrire sur la lutte des Métis de l’Ouest canadien datant de 1885 et la reconnaissance de leurs droits, dix auteurs se sont réunis, le noyau principal étant constitué de Jean Marc Dalpé, d’Alexis Martin et d’Yvette Nolan. Depuis deux ans, ils dépoussièrent l’histoire du bras droit de Louis Riel, Gabriel Dumont, lequel a fait partie du Buffalo Bill’s Wild West Show aux États-Unis.

 « L’histoire est souvent écrite par les vainqueurs », rappelle Yvette, née en Saskatchewan d’une mère algonquine et d’un père immigrant irlandais. « Certains moments ont été cachés, oubliés et enterrés dans le passé. Chacun de notre côté, nous avons fait énormément de recherches, notamment dans les journaux personnels de Louis Riel. Allons-nous réécrire l’histoire ? Nous allons certainement y jeter un regard nouveau et éclairant. »

Mise en scène par Mani Soleymanlou, la production réunit des artistes francophones, anglophones et autochtones, et fait résonner sur scène les langues et perspectives de ces trois groupes. À travers le processus de création, tous en ont appris davantage sur leurs origines, la colonisation, le chemin de fer du Canadien Pacifique et, bien entendu, Gabriel Dumont, figure emblématique de la nation métisse.

« Ce projet est visionnaire dans la mesure où il est à l’image même de la diversité culturelle canadienne, insiste la dramaturge. Il faut saluer le CNA d’être aussi inclusif et d’encourager la pluralité des voix et les éveilleurs de conscience. Pouvoir exprimer librement son identité culturelle, artistique ou autre, n’est-ce pas là un objectif vers lequel nous devons tous tendre ? »

La création sera présentée du 18 au 21 octobre 2017 au Théâtre français du CNA, pour ensuite partir en tournée à Montréal, à Winnipeg et à Saskatoon.

NAC Foundation / Fondation du CNA

Menu