ConneXXions Nord : Une technologie novatrice relie des élèves du Nord canadien à des musiciens du CNA

Joanna G'froerer, flûte solo de l’Orchestre du CNA, travaille avec des élèves à l’école secondaire Inuksuk à Iqaluit © Photo de Martin Jones

Par un beau samedi matin, au Nunavut, un groupe de jeunes trompettistes vient assister à sa leçon de musique. La seule enseignante sur place est Mary Piercey, la professeure de musique de l’école. Mais la salle de l’Inuksuk High School à Iqaluit abrite tout le dispositif nécessaire à la vidéoconférence à large bande qui va rendre cette leçon possible.

 Peu après, Karen Donnelly, trompette solo de l’Orchestre du Centre national des Arts, apparaît à l’écran : le moment est venu de commencer la leçon. Karen se trouve à des centaines de kilomètres de là, à Ottawa, mais peu importe : la technologie est si raffinée qu’elle pourrait tout aussi bien se trouver dans la salle au milieu des élèves. 

« Karen est fantastique et a vraiment le don de mettre les élèves en confiance », souligne Mary. « Les jeunes sont détendus. »

Ces paroles sont de la musique aux oreilles de tous les membres de l’équipe du CNA. Elles démontrent que ConneXXions Nord, une nouvelle initiative qui relie des membres de l’Orchestre du CNA à des élèves de musique d’Iqaluit par vidéoconférence à large bande, donne les résultats escomptés.

« Nous avons pour mission de soutenir l’enseignement des arts de la scène », explique Maurizio Ortolani, producteur des Nouveaux médias au CNA. « L’un des meilleurs moyens d’accomplir cette mission est d’appuyer les programmes de musique partout au Canada à l’aide d’une technologie novatrice. ConneXXions Nord offre un mentorat qui n’aurait pas été possible autrement. »

ConneXXions Nord, dont le lancement officiel aura lieu en septembre, est le legs laissé par l’Année du Nord du CNA et par la Tournée de l’Orchestre dans le Nord canadien. En 2012, l’Orchestre a utilisé cette technologie pour atteindre les élèves en préparation de la Tournée. Ils les ont ensuite rencontrés en personne dans le cadre de la Tournée, une rencontre que les membres de l’Orchestre ne sont pas près d’oublier. « Nos musiciens ont été profondément touchés par les contacts qu’ils ont établis avec les jeunes dans le Nord », relate Maurizio. « La Tournée a été une révélation pour eux. Ils ont appris au moins autant qu’ils ont enseigné. Et maintenant, les musiciens saisissent avec empressement l’occasion d’entretenir des liens avec les élèves grâce au programme ConneXXions Nord. »

Pendant ce temps, à Iqaluit, les 45 élèves de musique de 10e, 11e et 12e année de Mary saisissent, eux aussi, cette occasion de bénéficier du mentorat de musiciens professionnels. « Habituellement, ces jeunes n’ont pas accès à des leçons particulières sur leurs instruments respectifs », reconnaît-elle. « Je leur enseigne ce que je peux, mais il y a certaines subtilités propres à chaque instrument qui leur seront transmises par les professionnels du CNA. L’impact du programme se fait déjà sentir. Après une seule leçon, le renforcement positif que les élèves ont reçu de leur mentor les a inspirés. Au moins deux d’entre eux ont exprimé le désir de fréquenter une école de musique. »

Et ce n’est qu’un début. Mary espère que son programme de musique – le seul programme de musique officiel de niveau secondaire offert à Iqaluit – pourra tirer profit de « toute cette attention d’une institution prestigieuse », comme elle le dit elle-même.

« Dans le passé, tous les efforts de promotion et de financement pour les déplacements ont été dirigés vers notre chorale, qui fait la promotion de la culture et de la langue inuites », signale Mary. « Il n’y a pas eu beaucoup d’appui financier pour la musique classique. On peut espérer que la situation changera grâce à ce programme, et que les élèves seront amenés à comprendre l’importance de ce genre de musique. Les Canadiens découvriront ainsi qu’en plus de faire honneur à leur culture ancestrale, nos élèves ont plus d’une corde à leur arc. »

Maurizio abonde dans le même sens. Il voit dans ConneXXions Nord une occasion en or d’atteindre les élèves au-delà de l’Inuksuk High School. « À mesure que le réseau s’étendra », dit-il, « j’espère que nous pourrons assurer la liaison avec d’autres écoles du Nunavut. Nous envisageons aussi des relations de mentorat du nord vers le sud. Notre vœu le plus cher est que des artistes du Nord, par exemple des interprètes de chant guttural, puissent enseigner pareillement leur art à des élèves d’Ottawa. Nous voulons que les liens soient équilibrés, que le mentorat s’exerce dans les deux sens. »

Bien entendu, ce programme essentiel ne pourrait pas être offert sans l’appui de dévoués donateurs comme vous. « Je tiens à remercier du fond du cœur les donateurs du CNA », déclare Mary. « Vous avez offert à de nombreux jeunes reconnaissants une possibilité qui n’était pas à leur portée auparavant. Grâce à votre générosité, j’ose espérer que ConneXXions Nord se poursuivra encore très, très longtemps. »  

Cet article est paru dans le numéro de l’automne 2013 de Panorama.


Menu