Le Messie de Haendel

avec l'Orchestre du CNA

2022-12-14 19:00 2022-12-15 22:00 60 Canada/Eastern 🎟 CNA : Le Messie de Haendel

https://nac-cna.ca/fr/event/30542

Événement en personne

Parmi les grandes œuvres chorales de la musique occidentale, le Messie de Georg Friedrich Haendel est certainement la plus aimée et acclamée de toutes. Profondément humaine et respirant la joie du début à la fin, elle célèbre notre lien avec le divin.  Haendel a composé son Messie en 24 jours à peine, pour assurer sa survie à une époque où les opéras, très coûteux, perdaient de...

Read more

Salle Southam ,1 rue Elgin,Ottawa,Canada
14 - 15 décembre 2022

Répertoire

Georg Friedrich Haendel

Le Messie

Le Messie (1741) est probablement l’œuvre la plus connue du compositeur George Frederic Handel. Comme le souligne le musicologue Donald Burrows, c’est la seule composition de son temps à avoir été interprétée de manière continue et à une fréquente remarquable depuis sa première à Dublin, le 12 avril 1742. En plus de son historique de représentation impressionnant, la renommée du Messie découle de la qualité de son texte et de la manière dont il a été mis en musique.

Le Messie est un oratorio, un genre qui peut se définir sommairement comme un opéra sur un thème religieux. Toutefois, même si l’oratorio peut présenter une intrigue comprenant des personnages et des éléments propres à l’opéra, comme des récitatifs, des arias et des chœurs, il est destiné à prendre la forme d’un concert, autrement dit sans décor, ni costume, ni jeu d’acteurs (même si les actions sont sous-entendues). Il faut savoir que le Messie appartient à un genre particulier d’oratorio qu’Handel lui-même a créé en Angleterre pour qu’il soit interprété dans les salles pendant la période du carême, durant laquelle on ne pouvait jouer d’opéra. Handel commence à présente le Messie dans les salles londoniennes en 1743. Il programme ensuite les reprises de l’œuvre à la fin de la saison des théâtres, quelques semaines avant Pâques. De nos jours, le Messie se joue plutôt vers la période de Noël où il est un incontournable saisonnier des salles de concert. 

Le Messie raconte l’histoire de la rédemption divine de la race humaine par l’entremise du Christ Sauveur. Charles Jennens, un ami du compositeur, crée le libretto en choisissant et en adaptant des versets du Nouveau et de l’Ancien Testament dans la Bible du roi Jacques. Le regroupement des versets forme les trois parties principales du drame : la première partie concerne les prophéties sur l’avènement du Messie et leur accomplissement par sa naissance; la deuxième partie suit la passion du Christ : sa crucifixion, sa mort, sa résurrection, son rejet et la victoire ultime de Dieu; la troisième partie est une méditation sur ce qui s’est accompli par la victoire du Christ : la promesse de la vie éternelle et le triomphe sur la mort. Bien que l’histoire revête une grande importance religieuse, Charles Jennens ne tombe pas dans l’interprétation dogmatique. Ainsi, la trame narrative du Messie est riche en thématiques et en émotions humaines complexes, et peut être appréciée par tous, sans égards à la foi ou à la croyance.

La présentation de l’histoire du Messie, qui se fait non pas par la personnification des personnages, mais par une description que l’on doit aux voix de quatre solistes et d’un chœur, rend cette œuvre unique parmi les oratorios. C’est cette même caractéristique qui, à son tour, influence la manière dont Handel a mis le libretto de Jennens en musique. L’approche du compositeur, flexible par rapport aux normes de l’époque sur la forme et l’aspect des récitatifs, des arias et du chœur, rehausse adroitement la variété et le sens dramatique du texte. Écoutez comment les récitatifs accompagnés par les cordes de l’orchestre (comparativement à un simple accompagnement de basse continue, soit avec un clavier et un violoncelle) propulsent l’histoire dans des moments clés comme : « Et alors l’ange du Seigneur vint vers eux » (première partie), « Cet opprobre a brisé son cœur » (deuxième partie) et « Voici, je vous dévoile un mystère » (troisième partie). En contraste, les airs (ou arias) offrent l’occasion de se plonger dans les différentes ambiances et émotions qui se dégagent, tandis que les chœurs permettent d’admirer les changements dans la texture musicale – des contrepoints travaillés aux messages majestueux des cordes – qui animent ces paroles.

Notes de programme rédigées par Hannah Chan-Hartley

Menu