Ollikainen et les légendes de Sibelius

avec Gabriela Montero et l'OCNA

2023-03-01 20:00 2023-03-02 23:59 60 Canada/Eastern 🎟 CNA : Ollikainen et les légendes de Sibelius

https://nac-cna.ca/fr/event/30525

Événement en personne

Bien qu’elle puisse en confondre plus d’un par son talent, la pianiste et partenaire créative de l’Orchestre du CNA Gabriela Montero, née au Venezuela, crée toujours chez l’auditeur un sentiment d’épanouissement musical teinté de magie. Ses interprétations magistrales des classiques du répertoire, tout comme sa troublante capacité à improviser des pièces complexes – souvent à...

Read more

Salle Southam ,1 rue Elgin,Ottawa,Canada
1 - 2 mars 2023

Répertoire

SOFIA GOUBAÏDOULINA

Fairytale Poem

Tchaïkovsky

Concerto pour piano no 1

I. Allegro non troppo e molto maestoso – Allegro con spirito
II. Andantino semplice – Prestissimo
III. Allegro con fuoco

« Sans valeur et injouable. » « Des passages si fragmentés, si maladroits, si mal écrits qu'ils sont irrécupérables. » « L'œuvre elle-même est mauvaise, vulgaire [...] seules deux ou trois pages mériteraient d'être conservées; le reste doit être jeté ou entièrement réécrit. » C’est en ces termes que Tchaïkovsky signale, dans une lettre à sa mécène Nadejda von Meck, les impressions initiales de Nikolaï Rubinstein sur son Premier concerto pour piano. Le compositeur espérait que Rubinstein allait interpréter l’œuvre et la lui avait apportée pour obtenir son avis sur la partie solo. Rubinstein a répondu sèchement qu’il ne la jouerait que si le compositeur la remaniait de façon substantielle. Profondément offensé, Tchaïkovski déclare qu’il n’en changera pas une seule note et en offre plutôt la création à Hans von Bülow, qui la donne à Boston le 24 octobre 1875 à la faveur d’une de ses tournées. Bien que les critiques se montrent d’abord sceptiques à l’égard de la pièce, celle-ci remporte un énorme succès auprès du public.

Cette œuvre est toujours aussi appréciée et populaire dans les salles de concert de nos jours. (En dépit du rejet initial, Rubinstein s’est laissé séduire peu à peu par le concerto, au point même de le diriger et de l’interpréter lui-même comme soliste; Tchaïkovsky y a finalement apporté quelques révisions.) Comparativement aux concertos écrits plus tôt au XIXe siècle, celui-ci est d’une ampleur inédite, le piano et l'orchestre occupant des rôles égaux dans le déroulement du drame. La partie de piano exige énormément du soliste, qui doit faire montre non seulement d’une exceptionnelle virtuosité – passages en double octave, courses vives, cadences rhapsodiques et autres – mais aussi d’une profonde expressivité. L’ample partie orchestrale est d’une envergure et d’une complexité toute symphonique, présentant et développant le matériau musical dans un dialogue intense avec le pianiste.  

L’attrait émotionnel de ce concerto doit beaucoup aux mélodies inoubliables de Tchaïkovsky. Après un austère appel de cor, il s’ouvre sur une mélodie enlevée exécutée par les violons et les violoncelles, accompagnée d’accords majestueux au piano. Bien que cet air n’apparaisse que dans l’introduction de l’œuvre, certains de ses aspects sont subtilement intégrés dans les motifs ultérieurs. En outre, son caractère passionné le relie aux thèmes lyriques des autres mouvements du concerto.  

Plusieurs mélodies basées sur des airs populaires offrent un contraste saisissant. Le bouillonnant thème principal du premier mouvement se fonde sur une chanson de rue accompagnée à la vielle à roue que Tchaïkovski avait entendue en Ukraine. Dans le deuxième mouvement, après la tendre berceuse, la pétillante section médiane met en scène l'orchestre jouant un air populaire français, « Il faut s'amuser, danser et rire », que Modeste, le frère de Tchaïkovski, se souvenait avoir souvent chanté avec ses frères au début des années 1870. Le fougueux premier thème du troisième mouvement est une chanson printanière ukrainienne, tandis que le second thème est emprunté à l'air folklorique russe « Je vais à Tsar-Gorod ». C’est cette ample mélodie qui, après la pyrotechnie pianistique de la cadence, constitue le superbe point culminant du mouvement. Ensemble, l’orchestre et le piano l’exposent dans toute sa gloire – bouclant ainsi le grand arc lyrique introduit au début du concerto – après quoi ils s'élancent vers une éblouissante conclusion. 

 

Notes de programme par Hannah Chan-Hartley (traduit de l’anglais) 

Sibelius

Lemminkainen Suite, Op. 22

Menu