L’histoire derrière l’histoire : La rencontre fortuite de Robert Chafe

Théâtre anglais du CNA Saison 2016-2017 The Colony of Unrequited Dreams
Théâtre anglais du CNA Saison 2016-2017 The Colony of Unrequited Dreams

Le plaisir d’assister à des causeries avant des représentations, ou encore à des avant-premières, voilà l’un des nombreux privilèges réservés aux donateurs qui choisissent de soutenir la diffusion, la création et la transmission des savoirs partout au Canada par l’entremise de la Fondation du Centre national des Arts. Le 26 janvier dernier, des donateurs de la Fondation ont assisté à une causerie éclairante du directeur artistique et dramaturge Robert Chafe au sujet de sa pièce The Colony of Unrequited Dreams, avant d’assister à l’avant-première. Ils ont pu apprendre, entre autres, ce qui suit.  

On dit que parfois, la réponse que nous cherchons se trouve juste sous notre nez. Dans le cas du dramaturge Robert Chafe, l’histoire qu’il cherchait pour l’adapter à la scène à l’intention du Festival Shaw est littéralement tombée à ses pieds. Il arrive ainsi que l’exiguïté d’un lieu d’habitation ouvre des horizons insoupçonnés!

C’était le temps des Fêtes, et Robert voulait monter un arbre de Noël. Il se sentait tout guilleret, même s’il se creusait encore la tête pour trouver la bonne histoire pour les besoins du Festival Shaw; son agente littéraire, Joanna Falck, lui avait demandé de créer « quelque chose d’ambitieux ». Dans l’immédiat, toutefois, il lui fallait trouver une façon de déplacer sa bibliothèque (pour faire de la place pour l’arbre). Comme chacun le sait, vider une étagère pleine de livres ― à plus forte raison chez un dramaturge, où elle est forcément remplie à craquer ― n’est pas une mince tâche. Il a donc fait ce qu’aurait fait toute personne soucieuse d’efficacité : saisissant le meuble à bras-le-corps, il a tenté de le faire glisser par petites secousses. C’est à ce moment-là que son exemplaire de The Colony of Unrequited Dreams de Wayne Johnston est tombé devant lui.

Pour Robert, ce fut une révélation. Ce récit se prêtait idéalement à la scène du Shaw : une histoire canadienne, dont l’action se déroule du vivant de George Bernard Shaw, et un best-seller propre à attirer les spectateurs américains du Festival. Robert s’est empressé d’appeler Joanna, a obtenu le feu vert, et la suite appartient à l’histoire. Une seule question reste sans réponse : a-t-il fini par monter son arbre de Noël?

The Colony of Unrequited Dreams est à l’affiche au Théâtre anglais du CNA jusqu’au 11 février 2017.

La Fondation du CNA tient à remercier le commanditaire des répétitions et avant-premières ouvertes, Rob Marland, Royal LePage Performance Realty, qui rend possible la tenue de ces événements destinés à ses donateurs.

Faites partie des plus de 6500 champions de la diffusion, de la création et de la transmission des savoirs qui ont choisi d’appuyer les artistes, les enseignants et les élèves du pays par l’entremise de la Fondation du CNA.


Menu