Le CNA prolonge les annulations et les reports d'événements jusqu'au 31 août

Le spectacle se poursuit, ne serait-ce que pour six personnes

Jillian Keiley à Terre-Neuve

Jillian Keiley, directrice artistique du Théâtre anglais du CNA, et toute l’équipe de Copenhagen en étaient arrivées aux derniers jours (et dernières nuits) de la semaine technique, une période intense où la production passe de l’espace de répétition à la salle de spectacle. Les journées de seize heures sont chose courante; idem pour l’adrénaline, l’excitation et le stress. Le spectacle devait ouvrir le 25 mars. Il a été annulé le 13 mars.

« Le CNA tenait des rencontres avec la haute direction chaque jour, et je me disais que ça n’augurait rien de bon, affirme Jillian. Et puis un jour notre spectacle a été annulé, la journée suivante notre saison était en péril, et le troisième jour le CNA a fermé les portes de l’immeuble. »

Écrit par le dramaturge britannique Michael Frayn, Copenhagen a d’abord été présenté au National Theatre à Londres en 1998, avant de passer à Broadway en 2000 et de recevoir une excellente réception de la critique. En 2003, le Théâtre anglais du CNA et Neptune Theatre de Halifax ont coproduit la première canadienne, et la production a connu un vif succès lors de son passage à Toronto présenté par Mirvish Productions l’année suivante. La pièce repense la rencontre en temps de guerre entre les lauréats du prix Nobel Werner Heisenberg et Niels Bohr alors qu’ils discutent de la bombe atomique et explorent la physique, la métaphysique et les motivations humaines.

« C’est un spectacle délicat en raison de l’élément de la physique. J’en ai vu de nombreuses productions, qui ne fonctionnaient pas toutes. Mais la nôtre fonctionnait. Les costumes, la scénographie, la distribution, tout était excellent. J’avais travaillé très fort pour lire et comprendre la métaphore de physique. Mais je dois adopter une attitude philosophique. Chaque fois qu’on monte un spectacle, on apprend tellement de choses, et je suis très heureuse d’avoir consacré des heures et des heures, des mois et des mois, à apprendre comment ce monde fonctionne. »

Lorsqu’elle a annoncé la nouvelle aux comédiens et à l’équipe de production, elle leur a dit qu’ils pouvaient partir, ou rester et présenter le spectacle une fois. Tous sont restés. Le public se limitait à six personnes : quelques collègues du Théâtre anglais, un consultant en physique, et un ami de la régie associée.

« Le théâtre est un rituel, et on ne peut amorcer ce rituel sans le clore. Autrement, on se sent malade. On ne peut laisser les choses en suspens. Même si ce n’était que pour six personnes, ça en valait la peine. C’était très émouvant. »

Malgré sa fin prématurée en mars, Jillian affirme que la production pourrait être montée à nouveau. Avec ses thèmes de confiance, de trahison et de blessures envers l’un l’autre, la pièce est « plus pertinente que jamais ». Toutefois, cette pandémie fait en sorte qu’elle voit la programmation d’un tout autre œil.

« Nous ne pouvons pas simplement reprendre les choses là où nous les avons laissées. Nous réfléchissons profondément à ce que nous pouvons faire pour aider la guérison, ce dont les gens ont besoin. Nous avons des conversations que nous n’avions pas il y a quelques mois. Donc, nous devons recommencer à zéro. »

Une fois le CNA fermé, Jillian est rentré à la maison à Terre-Neuve avec son mari, Don, et leur fille, Josephine. Les journées sont remplies de travail et d’enseignement à domicile, les soirées de soupers avec des amis via Zoom. La fin de semaine, Jillian fait de la randonnée avec ses sœurs, à deux mètres de distance, dans des sentiers où la neige est toujours présente.

« L’océan remet toujours les choses en perspective – tout le bruit, toute l’information nécessaire, mais difficile à absorber. Se rendre à l’océan, respirer son parfum, ça rince les idées. »


Menu