Tête-à-tête : Lori Marchand, Directrice administrative, Théâtre autochtone

Lori Marchand, Directrice administrative, Théâtre autochtone du CNA © Barbara Zimonick

Q. En avril 2018, vous êtes devenue la toute première directrice administrative du Théâtre autochtone du CNA. À quoi travaillez-vous depuis?

R. Je travaille en étroite collaboration avec le directeur artistique Kevin Loring et notre équipe grandissante à choisir les oeuvres qui formeront notre première saison à l’automne 2019.

Q. Comment faites-vous vos choix?

R. En parlant avec de fabuleux créateurs autochtones des quatre coins du pays et en assistant à d’excellentes pièces qui méritent d’accéder à la scène nationale du CNA.

Q. Avant d’arriver à Ottawa, vous étiez depuis vingt ans la très respectée directrice du Western Canada Theatre de Kamloops (C.-B.). Comment avez-vous vécu la transition?

R. En fait, j’ai grandi à Ottawa et c’est ici, au CNA, que j’ai vu ma toute première pièce. Mon père, Len Marchand Sr., est le premier Autochtone à avoir siégé à la Chambre des communes. Il a été élu dans la circonscription de Kamloops-Cariboo en 1968.

Q. Alors c’est un peu un retour au bercail?

R. Oui, tout à fait!

Q. Pourquoi avoir choisi ce poste?

R. En décidant de fonder le tout premier théâtre autochtone national du monde, le CNA a pris un engagement historique. C’est un pas important pour le rayonnement et l’expression autochtones. C’est aussi un défi magnifique et immense qui m’inspire et que j’ai le privilège d’aider à relever.

Apprenez-en plus : theatreautochtone.ca

Parcourir des sujets similaires

Menu