Le CNA prolonge les annulations et les reports d'événements jusqu'au 31 août

Mois national de l’histoire autochtone avec Samanqani Cocahq (Natalie Sappier)

Natalie Sappier

Samanqani Cocahq (Natalie Sappier), originaire de la Première Nation de Tobique, est une figure marquante de la florissante scène artistique autochtone du Nouveau-Brunswick. Sa première pièce, Finding Wolastoq Voice, a fait partie du festival des arts autochtones Mòshkamo, festival de plus de deux semaines qui a lancé la première saison du Théâtre autochtone. Cette magnifique fusion de danse-théâtre est le récit éminemment personnel du passage à l’âge adulte d’une jeune femme wolastoq (malécite) qui est réveillée par les voix de ses ancêtres. La pièce met en vedette sa langue et sa culture, des éléments essentiels du travail créatif de Samanqani Cocahq.

« La langue wolastoq fait partie de notre esprit, de nos danses, de nos pas et de nos souffles, affirme-t-elle. Lorsque j’entends ma langue, je sens plusieurs ancêtres m’envelopper de leur amour. »

C’est une « famille de création » qui a donné naissance à Finding Wolastoq Voice ensemble, selon Samanqani. Elle a rédigé le récit, qui comprenait ses propres créations d’art visuel et ses compositions musicales. L’équipe comprenait le metteur en scène Thomas Morgan Jones, la chorégraphe Aria Evans, le concepteur des décors et éclairages Andy Moro et le concepteur du son Michael Doherty. « Chacun d’eux a traité cette histoire avec tellement de respect et d’amour. Ils avaient tous une superbe façon de réagir à l’œuvre qui reflétait leur art et leur esprit. »

Ce fut un honneur pour elle de faire partie de la première saison du Théâtre autochtone, et de prendre part à sa célébration de la beauté, de la force et de la résilience des femmes autochtones.

« J’ai toujours été entourée de femmes fortes; elles sont d’excellentes enseignantes, et j’ai beaucoup à apprendre. Faire partie d’une saison où figurent tant de femmes courageuses et inspirantes me fait sentir que j’ai la responsabilité de prendre soin de moi, et de continuer à faire du bien. Non seulement pour mettre de l’avant mes récits, mais pour inspirer d’autres femmes et filles à faire de même. »

Dans le cadre du Mois national de l’histoire autochtone de 2020, nous célébrons le fait que le Théâtre autochtone est maintenant une plateforme permanente qui se consacre à la présentation d’œuvres d’artistes autochtones sur la scène nationale. Par l’entremise d’entrevues et de récapitulations du festival des arts autochtones Mòshkamo, nous repensons notre mandat national afin d’inclure des perspectives personnelles et culturelles distinctes ainsi que des langues parlées d’un océan à l’autre.

Des entrevues avec des artistes ayant participé à la saison inaugurale du Théâtre autochtone servent de rétrospective de notre première saison, qui faisait honneur à la résilience, à la force et à la beauté des femmes autochtones.


Menu