Pangawogo Ninga Akì : L’art de fouler doucement la terre

Dans certaines cultures autochtones, il est coutume de se réunir les jours précédents le 21 décembre, soit le solstice d’hiver, pour se raconter des histoires.

« C’est la saison du changement, lorsque l’automne, saison des récoltes, laisse doucement place à un moment de partage des savoirs entre les générations », confie Emily Akikodjiwan Brascoupé-Hoefler, une artiste algonquine anishinaabe de la communauté de Kitigan Zibi, au nord d’Ottawa. « Enfant, je me souviens que mon père et mon grand-père me racontaient des tas d'histoires à cette période de l’année. »

L’œuvre de technique mixte d’Emily, intitulée Pangawogo Ninga Akì (signifant Le rythme de la Terre-Mère en anishinaabemowin), s’inspire de ces histoires. Terminée l’an passé, autour du solstice d’hiver, l’œuvre rend hommage à la terre, aux cours d’eau, à la voûte céleste, mais aussi aux peuples algonquins qui résident ici depuis des temps immémoriaux et accueillent, sur leurs terres, le Centre national des Arts.  

Exposée dans le Foyer du canal du CNA, Le rythme de la Terre-Mère est un rappel visuel permanent de la reconnaissance du territoire : un signe de bienvenue de la Nation algonquine pour tout le public du CNA.

Depuis peu, une version numérique de l’œuvre peut également être admirée sur les cinq étages de la Lanterne Kipnes du CNA. 

Fouler doucement la terre 

Face à l’inquiétude grandissante entourant le sort de notre planète fragilisée par les changements climatiques et les conflits qui perdurent, Le rythme de la Terre-Mère donne l’occasion de réfléchir à l’importance de fouler doucement la terre – de prendre soin d’elle –, de préserver l’équilibre naturel et de faire preuve d’un respect mutuel.  

« L’œuvre décrit les savoirs traditionnels concernant la terre et le ciel qui m’ont été transmis par mon père et mon grand-père, les deux premières personnes à m’avoir emmenée sur la terre », raconte Emily, qui s’est également inspirée des enseignements des aîné·e·s Claudette Commanda, Annie Smith Saint-Georges, Albert Dumont et Pinock Smith.  

Chacun de leurs enseignements a été soigneusement incorporé dans l’œuvre. 

Le rythme de la Terre-Mère : tambour

La forme ronde du canevas rappelle le tambour, qui reproduit le rythme de la Terre-Mère pour accueillir tout un chacun sur son territoire. L’octogone tracé à l’intérieur du cercle indique les quatre directions; chacune d’elle a une grand-mère et un grand-père, lesquels délimitent huit parties.

Les quatre panneaux principaux représentent le corps, la tête, le cœur et l’esprit de tous les peuples. 

Corps : yeux

Les yeux, qui ont une double vue, accueillent les personnes venues de tous les coins du monde et du territoire au Centre national des Arts. L’un des yeux est peint dans des tons de brun et rouge, et l’autre, de bleu et vert afin que tout le monde se sente représenté et voit dans cette œuvre un symbole d’unité. Il y a de la place pour toutes et tous dans ce cercle. 

La tête – bouleau

Les peuples algonquins utilisaient l’écorce du bouleau blanc pour fabriquer des paniers et des canots. Ils créaient également des motifs mordillés sur écorce de bouleau. Le bouleau blanc est partout présent dans la région d’Ottawa. Cet arbre symbolise notre mémoire collective et les traditions que nous transmettons d’une génération à l’autre. 

Cœur : chutes sacrées 

Akikodjiwan – les chutes sacrées près des plaines Lebreton – nous montre que les cours d’eau continuent de réunir familles, communautés et peuples variés dans ce que l’on appelle aujourd’hui « Ottawa ». L’eau, divin don pour toutes les créatures qui existent sur cette Terre, nous nourrit et représente la vie nouvelle. « L’eau, c’est la vie », souligne Emily. « Les peuples algonquins vivent sur les cours d’eau et s’en servent pour se déplacer depuis des temps immémoriaux. Pour l’aîné Albert Dumont, c’est dans les chutes que nous avons appris à chanter! »

Esprit : corps célestes

Cette section décrit les savoirs traditionnels concernant la terre et le ciel qui ont été transmis à l’artiste par mon père et mon grand-père, parmi les premiers à me faire connaître ce territoire. Des corps célestes sont ici représentés avec leurs histoires et leurs enseignements : l’histoire de l’Ours et des trois frères; l’Étoile du Nord qui nous guide; la Petite Ourse, le Grand Huard et la Grue. 

Les peuples algonquins 

Finalement, Le rythme de la Terre-Mère nous rappelle que les peuples algonquins sont toujours là. 

* * *

Au sujet de l’artiste

Emily Akikodjiwan Brascoupé-Hoefler est une artiste de technique mixte et une pédagogue qui crée des œuvres d’art s’inspirant des enseignements de sa famille et de sa communauté ainsi que de son expérience du territoire. En se réappropriant des pratiques artistiques et traditions perdues, elle intègre guérison et nouveaux savoirs culturels dans son œuvre.

* * *

Transcription vidéo en anishinaabemowin

Emily Brascoupé-Hoffler ndizhnikaaz. Kitigan Zibi ndooonjibaa. Makwa nindoodem. Kwe. 

Emily Brascoupe-Hoffler nidishnikaz. Kitigan Zibi nipi odjiba Makwa nidodem ni kagi kijendiman, ki djodjominan odeh hen (Heartbeat of Mother Earth) Kidja wabidjigadeg aki eh-ija kendagog National Arts Centre pinigodj kida ateh. 

Nakotcigadeh wendi odja Anishnabeg pemadizidjig. Kawin nigotsinon kakina awiyeg odja, oma aki kag. Kina gotc kegon ka wabidamin okowi kag, aki kag ka wabidimowin, nibi kag kapi odjibamigig, mamowi wiyo kak. Kina kinowet odjidjiyon adi kapi odisewig, anejigabowitc kida anishnabeminan, agonen ka tibenimigowin, agonen ka kenimigowik. Nin odja, mi wendi ka madjiyabiksak mamowi niwikodendan odja pepejik awiyeg keh wabidig. 

Pibon pitcha kijigig kitcha gwenatc wedi kakina awiyeg odja ozam ninigidanana pejig minigig eh-ija nigoboniyonig ki pidigehman eh madjishkamigin kodig atzokehwin. Nimikowinan kapi nitowgiyan wendi eh ija kijigag, ni-tada. mamowi ni kokomis actic ni moshomis, kigi nita atisokagonan atisokan kawi nodimag mi apiyedj ka kinamogowak actic kidja mamdinabidimag kegon. Nigi sakiton tedigo nogom nigishton kidja atisokog ninijanishig nogom odiyanawa kidja nodimowadj weni atsokani ni dadamikag, kidja atsokeyan kenin apitc odimininanog pibonik. 

Miwedi pejig kawi todiman mamowi kidjodjominan ode-hen (Heartbeat of Mother) Aki win odja kidja wabidjigadek eh-ijanagok. Kitcha gwenatc gotc agwendik odiki kidja kendagonig miwendi kagi odja asigowin eh-odjibawin. Mi-dish pekadj eh-odja mosewin oma aki kag, maneh oma kegon ikadomigan kendimowin, apitc ka kweksemigig oma okitkimik kina kegon adi minigig ka kweksemigig nogom ka wabidimik eh-ijiyebig. nigi inendan nidiyan kenin kidja ija kinendiman aki, kidja kopiyodimam aki. Kakina awiyeg oma ahbi, actic kitcha gwenatc wedi kidja kendamik kidja kinenimidik mamowi ka ija odjibaw ik. Panima acitc kiga kinendananan aki wewenit. Mihi kegi ijanagogiban awiyek pehkadj mosetc aki kak oma nash ka ija tijikewin mamowi kakina kegon ka ija wakanibik mihi kakina eh-ija tcinemidiyik. 

Kijigabidimin kigitca kidjodjominan odeh-hen nijin eh-ija wawiyak tigon nigasimonigan eh ija nisistagok yedi nigasmonigan, mihi awedi tewegan, kotadendagozi awedi tewegan ki nigimowagemin actic kida atsokagemin mamowi, Nin dish odja, actidj eh tcodjowiyan, kigi kendananan nitim kinidjanish ka nodik nitawagitc ki-wiyo kak Odeh-hen eh tiniyewodimdjan, odeh-yan. Apitc dish sagak djidji, kiwabimah minendik, apitc nodowadjan teweginan, teshigotc ako nimiyok nijanishik. Mi apitc eh kendimiyan nin nimiskweni ka majigwiyonik odeh kak. Tewegan awedi ka tiniyodik. Mi yendi kawi nidewendiman miskwi madiziwin,  pijehi kiyo kak ka tinitomigak. konigeh gotc kidja asaginitc odeh oma ojibigina kak. 

Kigitcha Kidjodjominan odeh-hen kegon wendi ikadomigan nin odja kidja ojitowan. Nin eh-inendiman odja nin eh-ija ikweyowan, nimamadinendan nibi eh-ijanagog. Madiziyon o nibi. Kakina ima kegon odapikesin. Kakina awiyek ima odapikeshin. Weshodi ishkwiyak, agwamishi wapishkiyeh, Anishnabeg kipi pabamkojiyeh kakina sibi kak kidja ijawatc tibi wa ijawatc. Actic nidinendan kiyabitc nigoshkidadiyok oma, NAC ka ijinkadeg. 

Nigi tci minendan eh-gi widjo-odimtamik newin kehtehyak. Pejik wedi atsokan kehtehya Albert Dumont kagi atsokojidj yendi Akikodjiwan Falls, mihi ima nitim ka kinamagowak kidja nigimowak. Nigi nodowanan sibi eh tiniyodik, nigi pijamin oma, nigi kishkitonanan kidja nigimowak. Actic dish nigimowin tedigo kitcha gwenatc wi atisokewin atsokan. Tedigo actic maneyok oma nigimowinik NAC, actic nigi inendan eh-kitcha minowashik kidja widjidiyemitc awiyek. 

Tigon oma kodigin kegonon ka agashinojak ka ikidomigak kegon nin odja. Kitchi amik atsokan didada nita atsokeh. Miyeh pejik ka sakitowan eh-nodiman, actic tedigo ozaktonawa nijanshik eh-nodimowatc yeni atsokani. Actic got nijin amo atsokan. Yendok nijin amo nikwisis omiyodon nozowini ozam tedigo ozaktonawa nopimik actic osagiyawan mindjoshin. Mihi eh-odja gi asik oma Nigi kitchi nidendan kegon kidja mikowasidimagowan apitc wabidiman. 


Menu