Dawn par Rebecca Belmore arrive au CNA

La sculpture est coiffée d'une tête d'aigle. Belmore précise que l'aigle évoque l'oiseau-tonnerre, la plus puissante de toutes les créatures mythologiques des légendes autochtones. Il est un symbole de force. © Tracey Lynn
Le bois et les centaines de cônes en cuivre font un pont entre l’œuvre et l’immeuble du CNA et la relient au territoire et à la nature. © Tracey Lynn
Le bois et les centaines de cônes en cuivre font un pont entre l’œuvre et l’immeuble du CNA et la relient au territoire et à la nature. © Tracey Lynn
L'artiste Rebecca Belmore à l'occasion du dévoilement de Dawn au CNA le 6 juillet 2022. © Tracey Lynn
Amanda Fox le 6 juillet dernier durant la danse traditionnelle des clochettes. Elle est accompagnée au tambour par Nimkeehns Wemigwans. © Tracey Lynn

Le Centre national des Arts a dévoiler le 6 juillet 2022 une œuvre de commande majeure : une sculpture intitulée Dawn, de l’artiste multidisciplinaire reconnue mondialement, Rebecca Belmore. Financée par l’historienne de l’art canadienne Reesa Greenberg, l’œuvre de grande envergure a été installée en permanence au nouvel Atrium O’Brien du CNA, à Ottawa.

Rebecca Belmore est membre de la Première Nation anishinaabe de Lac Seul. Sa pratique artistique est ancrée dans les réalités politiques et sociales des communautés autochtones et établit des liens évocateurs entre le corps, la langue et le territoire.

« Dawn évoque l’aube, a déclaré l’artiste. Un moment magnifique de la journée, gorgé d’espoir; après le repos et les rêves, un jour meilleur nous attend. »

Elle a créé cette sculpture d’envergure à Toronto, Vancouver et Thunder Bay. Visuellement, le bois et les centaines de cônes en cuivre font un pont entre l’œuvre et l’immeuble du CNA et la relient au territoire et à la nature. L’œuvre s’inspire des robes à clochettes, tenues cérémonielles que femmes et filles portent lors de pow-wow pour exécuter la danse des clochettes. Par l’entremise de ces symboles et matériaux, cette œuvre met en lumière à la fois la résilience des femmes autochtones et le pouvoir de guérison de l’art.

Une œuvre qui incarne les valeurs du CNA

Le processus de commande de l’œuvre s’est amorcé en 2017, coïncidant avec le projet de renouvellement architectural du CNA, lors duquel a été ajouté au bâtiment original un espace public de 60 000 pieds carrés, tout de bois et de verre, offrant une vue imprenable sur des lieux emblématiques du pays, comme le Monument commémoratif de guerre et la Colline du Parlement. La création de Dawn a été repoussée à maintes reprises en raison d’une série d’imprévus, notamment les confinements causés par la pandémie et les événements météorologiques extrêmes qui ont eu lieu au Canada au cours des deux dernières années.

La sculpture est l’une des rares œuvres d’art commandées par le CNA depuis sa création, en 1969. À cette époque, plus d’une vingtaine de commandes avaient été effectuées par le CNA en vue de son ouverture : des murales, sculptures, peintures et tapisseries avaient été acquises par l’entremise d’une politique gouvernementale de l’époque visant à investir dans les arts visuels, dans le cadre de projets publics, et à intégrer des œuvres d’art dans l’architecture même des édifices. La collection des arts visuels du CNA s’est développée depuis lors et compte maintenant une trentaine d’œuvres, y compris des pièces importantes de quelques-uns des plus grands artistes du Canada, notamment Jessie Oonark, Micheline Beauchemin, Jack Shadbolt, William Ronald, Dempsey Bob et, depuis peu, Emily Brascoupé-Hoefler. La majeure partie de la collection est exposée dans les espaces publics du CNA.

« Le Centre national des Arts est fier de collaborer avec Rebecca Belmore », a souligné Christopher Deacon, président et chef de la direction du CNA. « Cette œuvre rehaussera non seulement une collection déjà imposante, mais offrira aussi une perspective nouvelle sur les questions et les enjeux d’aujourd’hui. Cette sculpture incarne les valeurs du CNA, aujourd’hui et pour les 50 prochaines années : elle contribue à notre mission d’accueillir chaleureusement les visiteurs et visiteuses dans nos espaces publics, au cœur même de la capitale du Canada. »

À propos de l’artiste : Rebecca Belmore

Une importante rétrospective de l’œuvre de Rebecca Belmore, organisée par la Galerie d’art de l’Ontario, a été présentée partout au Canada en 2018–2019. L’artiste a participé aux expositions collectives suivantes : documenta 14 (2017, Athènes, Grèce); la triennale Echigo-Tsumari (2015, préfecture de Niigata, Japon); Global Feminisms (2007, Musée des beaux-arts de Brooklyn, New York); Terre, esprit, pouvoir (1992, Musée des beaux-arts du Canada); et la Biennale de La Havane (1991, Cuba; œuvre exposée : Creation or Death: We Will Win). Belmore a reçu le prix Gershon Iskowitz pour sa contribution exceptionnelle aux arts visuels (2016); le prix du Gouverneur général en arts visuels et médiatiques (2013); le prix de la Fondation Hnatyshyn en arts visuels (2009); et des doctorats honorifiques de l’Université Emily-Carr (2018), des collèges des arts et du design de l’Ontario (2005) et de la Nouvelle-Écosse (2019) ainsi que de l’Université Laval (2021).

À propos de la donatrice : Reesa Greenberg

Reesa Greenberg est une historienne de l’art et philanthrope canadienne, reconnue mondialement pour ses travaux sur l’histoire des expositions. Elle a enseigné dans plusieurs universités canadiennes et, en 2018, financé la restauration du pavillon du Canada dans les Giardini, à Venise, en Italie.


Menu