Événements et spectacles en direct au CNA – mise à jour de septembre 2020.

Extraordinairement positif: Les finales nationales des Canadian Improv Games au CNA

L’école secondaire Templeton de Vancouver (C.-B.) sur scène durant la finale nationale des Canadian Improv Games au CNA en 2013. © Brittany Brooks

Le Centre national des Arts est un fier partenaire des Canadian Improv Games depuis 26 ans. Polly Leger, ancienne participante aux Canadian Improv Games établie à Halifax, relate son expérience dans cette histoire. Elle travaille pour une station de radio le jour et fait de l’improvisation le soir.

« Il n’est pas facile d’expliquer en quelques mots ce que sont les Canadian Improv Games. On a envie de dire : « Venez-y voir et vous comprendrez. » Parmi les autres explications que j’ai fournies au fil des ans, mentionnons « c’est de la magie à la portée de tous » et « c’est la plus belle expérience à vivre au high school »!

Mais je présume qu’aucune de ces réponses n’aide vraiment à comprendre de quoi il retourne.

Voici une explication plus simple.

Les Canadian Improv Games sont un championnat théâtral anglophone pour les élèves du secondaire de tout le Canada. Les équipes jouent quatre ou cinq improvisations de moins de quatre minutes, ayant chacune ses critères bien précis.

La particularité, c’est que les thèmes sont suggérés sur place par le public.

Vous ne voyez toujours pas à quoi ça pourrait ressembler? Imaginez cette sensation électrisante qui vous gagne dans une grande arène sportive – sauf qu’au lieu de joueurs qui manient la rondelle, vous observez des scènes tantôt hilarantes, tantôt poignantes, issues de l’imagination débridée de jeunes brillants et talentueux. Cela tient à la fois de l’art et de la compétition, le tout se nourrissant d’une attitude extraordinairement positive.

C’est fou! Et c’est vraiment un événement d’envergure nationale. Quatorze championnats régionaux sont tenus partout au Canada, de Terre-Neuve à l’île de Vancouver.

Les équipes gagnantes se rendent à Ottawa pour disputer la médaille d’or au festival national, dont l’hôte est le Centre national des Arts, associé à l’événement depuis 26 ans. Le Festival offre aussi aux élèves l’occasion d’apprendre auprès de nouveaux entraîneurs, de rencontrer leurs pairs, et de se produire sur une scène qui accueille les plus grands artistes du Canada.

J’en suis à ma dixième saison aux Canadian Improv Games. J’y suis revenue encore et encore, d’abord comme joueuse puis en tant que bénévole, non parce que j’y avais gagné des médailles mais pour tout ce que cet événement signifiait pour moi.

À l’adolescence, alors que je cherchais ma place dans ce monde, j’y ai acquis une conscience de ma propre valeur. Cela m’a donné confiance en moi.

C’était un espace sûr et positif où déployer mon imagination.

J’ai appris à prendre les commandes et à suivre les autres au bon moment.

L’improvisation m’a enseigné ce que signifie réellement écouter et être présent, ici et maintenant. Je suis devenue experte dans l’art de réagir au quart de tour et, littéralement, de créer quelque chose à partir de rien.

Pour une jeune fille de 15 ans, timide et mal dans sa peau, dont la coordination oculo-manuelle laissait à désirer, faire partie d’une équipe et acquérir ces habiletés n’était pas une mince affaire.

Après avoir assisté à des centaines d’improvisations au fil des ans, je suis toujours aussi captivée par la joie pure et le talent qui éclatent sur scène. Je reste émerveillée par ces jeunes qui doivent composer jour après jour avec l’école et les affres de l’adolescence, et qui sont capables de monter sur scène devant leurs pairs pour créer des moments magiques.

J’adore voir les élèves apprendre à communiquer réellement entre eux, et développer ces habiletés que les Improv Games m’ont permis d’acquérir il y a dix ans.

Ces habiletés ont fait du chemin depuis que j’ai achevé mes études.

Mais comme joueuse, ce n’est pas pour ce qu’elle m’enseignait que j’aimais l’improvisation.

J’aimais l’impro parce que je m’amusais, et parce que je savais que j’avais trouvé ma place. »

– Polly Leger 


Événements connexes

Menu