Profil de donateurs : Susan et David Laister

David et Susan Laister en compagnie de Richard Narroway, participant à l'IEM © Photo : Fred Cattroll

Son père aimait passer du temps dans le garage à remonter son vieux gramophone. Susan Laister s’en souvient bien. « Je le suivais pour écouter la musique avec lui, se rappelle-t-elle. C’est ainsi qu’est née ma passion pour la musique classique. »

Pour David, son mari, ce sont plutôt les chansons populaires qui ont réveillé le mélomane en lui. Adolescent, il faisait d’ailleurs partie d’un groupe pop. C’est grâce à sa mère s’il s’est ouvert au monde de la musique classique. « Elle m’a offert mes deux premiers disques vinyles », dit-il.

Au fil des ans, cette affinité pour la musique, qui avait marqué leur jeunesse en Angleterre, est devenue une véritable passion. « Si je devais être privée de cet exutoire qu’est pour moi la musique, je ne sais pas ce que je ferais, confie Susan. C’est une partie intégrante de nos vies, une source immense de bonheur. Le Centre national des Arts est devenu notre deuxième demeure. » 

De fait, Susan et David Laister fréquentent le CNA depuis qu’ils ont quitté Kingston, en Ontario, pour s’établir ici en 1971. « Dès notre première visite à Ottawa, nous avons vu Ian et Sylvia Tyson en concert au CNA, se souvient David. Une fois emménagés à Ottawa, nous nous sommes abonnés à l’Orchestre et, depuis, nous assistons régulièrement à des représentations. »

L’enthousiasme qu’ils partagent pour la musique et qui, année après année, les mène au CNA – à titre d’abonnés et de bénévoles dévoués – a également suscité en eux le désir de contribuer au financement du monde de la musique. Après que leur fils a obtenu son doctorat, le généreux couple a décidé d’investir dans l’éducation de nombreux autres jeunes. « Nous avons convenu de remettre à l’Institut estival de musique (IEM) l’argent qui, auparavant, servait à financer les études de notre fils, explique David. Nous voulions contribuer à enrichir la vie et les compétences musicales des élèves participants. »

Pour David et Susan, soutenir le CNA est une expérience des plus gratifiantes. « Quoi de plus valorisant que de sentir que l’on fait une différence? Notre contribution vise à assurer l’avenir de la musique qui nous est si chère et à faire en sorte que d’autres puissent en profiter », commente Susan.

« Nous sommes tous redevables à la société et pour nous, le temps est venu de nous acquitter d’une partie de notre dette, renchérit David. Ces jeunes talents émergents sont les musiciens d’orchestre de demain. Les programmes jeunesse comme l’IEM jouent un rôle essentiel dans la préservation du patrimoine musical du CNA. C’est dans l’avenir que nous investissons. »

L’Institut estival de musique est désormais reconnu dans le monde entier comme un pôle d’attraction pour les meilleurs jeunes artistes canadiens et étrangers qui se destinent à la musique classique. Il offre une formation de niveau international à des jeunes musiciens, chefs d’orchestre et compositeurs au talent exceptionnel.

Cet article est tiré de l’édition du Printemps 2013 de Panorama.


Menu