À la mémoire de Marjorie Goodrich

Marjorie Goodrich © Photo fournie

Kathryn Noel avait dix ans à sa première visite au Centre national des Arts, qui venait d’ouvrir ses portes. Elle s’en souvient encore aujourd’hui : « Ma mère m’avait amenée voir le Count Basie Orchestra. Je portais une jolie petite robe pour cette occasion spéciale. »

Ce n’était là que la première de nombreuses représentations auxquelles assisteraient Kathryn et sa mère, Marjorie Goodrich, au fil des ans. « Nous avons été abonnées au ballet, en plus d’assister à l’Orchestre du CNA. C’est à elle que je dois ma passion pour la musique classique, que j’ai découverte à ses côtés », dit-elle.

Kathryn n’est pas la seule dont la jeunesse a été bercée par la musique et l’art de l’interprétation grâce à sa mère. À titre d’enseignante, Marjorie plaçait les arts de la scène au rang des piliers d’une éducation bien équilibrée. C’est pourquoi elle a choisi d’apporter un généreux soutien aux programmes éducatifs essentiels du CNA comme l’Institut estival de musique et le programme Vive la musique : Saskatchewan, qui cultive et stimule l’apprentissage dans les écoles primaires de sa province natale.

« Enfant, ma mère aimait la musique classique et était très douée au piano. Mais comme elle a grandi dans un petit village de la Saskatchewan, elle avait peu d’occasions de voir des prestations musicales, explique Kathryn. Elle a voulu offrir à des jeunes des possibilités qu’elle-même n’avait jamais eues. Elle adorait les enfants et la musique. Sa contribution lui a permis de concilier ses deux passions. »

C’est pour cette raison qu’elle a décidé de faire un généreux legs au CNA. Marjorie s’est éteinte le 17 juin 2013, mais par sa prévoyance elle a su transmettre sa passion pour les arts de la scène aux générations futures. « Elle serait si heureuse de voir son soutien au CNA et aux arts ainsi immortalisé, commente sa fille. Le CNA lui tenait très à cœur et je suis contente de voir la marque qu’elle laisse derrière elle. »

Kathryn admire la générosité de sa mère et espère qu’elle saura inspirer d’autres mécènes à faire eux aussi un legs au CNA. Les dons planifiés aident à façonner l’avenir des arts de la scène pour la relève, et immortalisent la passion de donateurs tels que Marjorie dans la vie et le cœur de la jeunesse.

Cet article est tiré de l’édition d'hiver 2014 de Panorama


Menu