Un lien personnel avec la Chine.

Rosemary Thompson et Jasmine, 2009

Quand, il y a quatre ans, j’ai quitté la Colline parlementaire dans l’espoir d’avoir un peu plus de temps à consacrer à ma famille qui s’était agrandie d’une petite « boule d’énergie » de deux ans adoptée en Chine, je n’ai jamais pensé que ma nouvelle carrière au Centre national des Arts allait me ramener au pays qui avait changé ma vie. Je me prépare à retourner, dans quelques jours, à Guangzhou, la ville où j’ai pris pour la première fois dans mes bras ma petite Jasmine, qui a maintenant six ans; cette ville où ma famille s’est prise d’une profonde affection pour son pays d’origine, la Chine.

Cette fois, je me trouverai en compagnie de 70 musiciens, 10 membres du personnel administratif, plusieurs journalistes, ainsi que des amis du CNA, pour une épique aventure musicale qui mènera l’Orchestre du Centre national des Arts du Canada à Hong Kong, Guangzhou, Chongqing, Fuling, Tianjin, Beijing et Shanghai.

Pour la mère d’une fillette adoptée en Chine, tout ce projet a été un véritable rêve. Lorsque je pousse gentiment ma brillante petite Jasmine à pratiquer son piano, je ne peux m’empêcher de penser aux salles de concert de la Chine. Je chéris l’espoir que la musique saura rapprocher toujours davantage les deux pays qui ont marqué l’enfance de ma fillette.


Menu