Miloš joue Howard Shore

2019-05-01 20:00 2019-05-02 22:00 60 Canada/Eastern 🎟 CNA : Miloš joue Howard Shore

https://nac-cna.ca/fr/event/18722

NE MANQUEZ PAS LA CAUSERIE D’AVANT-SPECTACLE AVEC HOWARD SHORE, ANIMÉE PAR PAUL WELLS. Pour ses débuts au CNA, Miloš Karadaglić interprète en création mondiale le Concerto pour guitare du compositeur canadien Howard Shore – une commande d’Alexander Shelley et de l’Orchestre du CNA expressément destinée au célèbre guitariste monténégrin. Howard Shore est partout admiré pour ses...

Read more

Salle Southam ,1 rue Elgin,Ottawa,Canada
1 - 2 mai 2019

≈ 2 heures · Avec entracte

Nos programmes sont passés au numérique.

Balayez le code QR à l’entrée de la salle pour lire les notes de programme avant le début du spectacle.

Réflexion

Je me souviens avec plaisir d’une discussion avec mon ami Miloš Karadaglić, notre soliste de ce soir : un jour, après un concert, un verre de vin à la main, nous avons contemplé l’idée de commander à l’extraordinaire Howard Shore un concerto pour guitare pour Miloš et l’Orchestre du CNA. Ne sachant pas le moins du monde si cette proposition inspirerait le grand compositeur, nous l’avons simplement contacté et lui avons fait part de notre projet, sans attentes particulières…

Et nous voilà ici ce soir! Quel bonheur de pouvoir exécuter ce concerto en première mondiale à Ottawa cette semaine! Howard Shore est une véritable légende canadienne de la musique, lauréat de trois prix Oscars, de trois Golden Globes et de quatre prix GRAMMY®. Je suis vraiment honoré et fier de partager avec vous sa plus récente création.

Réflexion

Howard Shore est un gentleman et un maître à part entière. Je suis fasciné depuis de nombreuses années par l’inventivité renversante de ses musiques de films et de ses compositions classiques. J’ai encore du mal à croire qu’il a écrit cette pièce pour moi… je suis sûrement le « pinceur de cordes » le plus chanceux du monde! 

L’œuvre est magique, tout comme la forêt enchantée qu’Howard a voulu peindre avec son incomparable palette musicale. La première fois que j’ai entendu cette composition, j’ai été ému par la simplicité sans fard de ses harmonies, l’écriture idiomatique et la nature programmatique saisissante de la musique, évoquant irrésistiblement couleurs et scènes qui viennent instantanément à l’esprit. J’ai été frappé par sa manière magistrale d’intégrer discrètement à la texture du son qu’il produit, parmi tant de nuances musicales, une trame faisant écho à divers aspects de mon pays natal. Le Monténégro et ses sombres forêts ont été une source d’inspiration pour Howard et pour moi dès le départ. Je comptais les jours jusqu’à ce que ce merveilleux rêve que nous partagions devienne réalité.

Dernière mise à jour: 23 avril 2019

C’est la première fois que l’Orchestre du CNA interprète l’Ouverture en do majeur de Fanny Mendelssohn-Hensel.

- - - - -

Commandé par Alexander Shelley et l’Orchestre du CNA et écrit à l’intention du guitariste classique Miloš Karadaglić, le concerto du compositeur canadien Howard Shore The Forest est présenté en première mondiale.

- - - - -

Günther Herbig était au pupitre pour la première interprétation de la Symphonie no 1 de Brahms par l’Orchestre du CNA en 1982. Sa dernière prestation a eu lieu en 2015 sous la direction de Pinchas Zukerman.

Répertoire

Ouverture en do majeur

Hambourg, 14 novembre 1805
Berlin, 17 mai 1847

Comme son frère cadet Félix, Fanny Mendelssohn-Hensel était à la fois une pianiste accomplie et une brillante compositrice. Bien que ses dons pour la composition ne puissent rivaliser avec ceux de son illustre frère, elle n’en demeure pas moins l’une des plus importantes compositrices du XIXe siècle; mais parce qu’elle était une femme, ses talents et ses habiletés n’ont pas reçu la reconnaissance à laquelle avaient droit ses homologues masculins. Félix lui-même la dissuadait de publier ses compositions, sous prétexte que la composition n’était pas une occupation convenable pour une jeune femme de bonne famille. 

À dix-sept ans, Fanny s’éprend d’un peintre du nom de Wilhelm Hensel, mais la désapprobation des parents les sépare et fait obstacle à leur mariage, comme dans le cas de Robert Schumann et Clara Wieck. Ce n’est que six ans plus tard que le couple convole enfin en justes noces, alors même que Hensel est nommé conservateur d’une vaste collection d’œuvres d’art. Leur union est heureuse, mais Fanny s’éteint prématurément, succombant à une attaque d’apoplexie (on dirait aujourd’hui un AVC) à 41 ans. Félix en est si profondément affecté qu’il la suit dans la tombe six mois plus tard, emporté, au moins en partie, par le chagrin que lui avait causé la mort de sa sœur bien-aimée.

La production de Fanny Mendelssohn-Hensel est considérable et se concentre essentiellement sur les lieder, les pièces pour piano et la musique de chambre. L’ouverture au programme du concert de ce soir est son unique composition purement orchestrale (on lui doit aussi quelques œuvres chorales et vocales avec orchestre). Vraisemblablement écrite entre 1830 et 1832, elle n’a été publiée qu’en 1994 par la maison d’édition Furore à Kassel, en Allemagne. 

Cette ouverture de dix minutes est construite sur le même modèle que la plupart des œuvres du genre composées par Schubert, Weber, Schumann ou Félix Mendelssohn; elle débute par une introduction lente (« moins un point de départ qu’un éveil », comme l’a souligné un commentateur); celle-ci mène à la section principale, Allegro di molto, qui épouse la forme sonate conventionnelle avec deux thèmes principaux (le premier, énergique, le second, gracieux et mélodieux, tous deux exposés par les violons), une section de développement, une reprise et une majestueuse coda.

— Traduit d’après Robert Markow

Howard Shore

The Forest, concerto pour guitare et orchestre*

Toronto, 10 octobre 1946
Vit maintenant à New York

Howard Shore écrit ses œuvres chez lui, en pleine nature, près de la forêt. Sa musique porte la marque de cet environnement. Ici, The Forest évoque l’importance d’établir et d’entretenir une relation avec la nature. « Je vis dans un endroit où je suis constamment entouré de tout ce qui croît, fleurit et se fane », explique le compositeur. « Tout se transforme en permanence. Tout tend vers l’équilibre et l’harmonie. Je trouve inspirantes cette interconnexion et cette interdépendance. Je porte ces idées en moi, et elles sont souvent à l’origine de ce que j’exprime dans ma musique. Je vous invite à savourer la beauté de la guitare solo et de l’orchestre, la virtuosité de Miloš et l’art consommé du maestro Shelley. »

La plus récente œuvre de concert de M. Shore, commandée par le directeur musical de l’Orchestre du CNA, Alexander Shelley, et dont la création mondiale a lieu cette semaine, est un concerto écrit à l’intention du guitariste Miloš Karadaglić. « Tour à tour élégiaque, mélancolique, mélodieuse et virtuose, c’est une œuvre magnifique, dans la veine du Concierto de Aranjuez de Rodrigo », note Alexander Shelley.

Cette composition de 21 minutes s’articule en trois mouvements qui peuvent être enchaînés avec ou sans pauses, à la discrétion du chef d’orchestre. Quand on lui demande si son concerto offre quelques similitudes de style avec ses plus célèbres musiques de film, Howard Shore répond : « Non, mais j’y ai glissé quelques surprises, comme une allusion au Concierto de Aranjuez de Rodrigo, chéri par tant de mélomanes. »

À l’exemple des Wolfgang Korngold, Bernard Herrmann et Miklós Rózsa de jadis, Howard Shore compose aussi bien des œuvres de concert que de la musique de film. Les effets délectables et subtils qu’il obtient des percussions peuvent évoquer le regretté compositeur japonais Tōru Takemitsu, qui a également navigué avec succès, tout au long de sa carrière, entre les salles de concert et le grand écran.

Le film The Song of Names, réalisé par François Girard avec la musique de M. Shore et la participation du violoniste virtuose Ray Chen, prendra l’affiche cet automne.

* Commande du CNA, création mondiale le 1er mai 2019

— Traduit d’après Howard Shore

JOHANNES BRAHMS

Symphonie no 1 en do mineur, op. 68

I. Un poco sostenuto – Allegro
II. Andante sostenuto
III. Un poco allegretto e grazioso
​IV. Adagio – Allegro non troppo ma con brio

En 1862, Clara Schumann reçoit de Johannes Brahms (1833-1897) une esquisse du premier mouvement d’une symphonie. Cette musique est « plutôt ardue », écrit-elle à un ami, « mais je m’y suis rapidement habituée ». Clara sait que le milieu de la musique attend une symphonie de Brahms, qui devra toutefois patienter jusqu’en 1876 pour l’entendre.

Dans sa version définitive, la Première Symphonie débute par une imposante introduction aux accents tragiques, ancrée dans le jeu des timbales qui martèlent le motif brahmsien du destin. Commence ensuite un Allegro dont l’intensité bouillonnante ne faiblit jamais.

Sur le plan de la forme, le second mouvement est un Andante conventionnel de type A-B-A, mais son lyrisme et son caractère intime portent la marque inimitable de Brahms. Au scherzo habituel, le compositeur substitue un mouvement symphonique de son invention, un intermezzo allègre et délicat.

Le finale complète la trajectoire de la symphonie, qui passe d’une atmosphère sombre à une joie triomphante. Il commence par un ut mineur vaporeux et interrogateur. Cette quête se conclut par une exultation lumineuse en ut majeur ponctuée des envolées du cor des Alpes. Le tout mène au mouvement à proprement dit, fondé sur une mélodie chorale inoubliable. La coda baigne dans l’allégresse.

Note de programme par Jan Swafford (traduit de l’anglais)

Artistes

  • chef d'orchestre Alexander Shelley
  • guitare classique Miloš Karadaglić
  • compositeur Howard Shore