ILBIJERRI Theatre Company

Blood on the Dance Floor

Je suis très émue et reconnaissante d’avoir la chance d’accueillir trois artistes de danse contemporaine autochtones dans le cadre de cette édition de Face à Face. Lara, Victoria et Jacob proposent une exploration unique et remarquable de récits éminemment personnels et émouvants.

Pour son duo viscéral Windigo, Lara Kramer puise son inspiration chez sa grand-mère, dans la Première Nation de Lac Seul, dans le Nord-Ouest de l’Ontario. La chorégraphe de Montréal met au jour, sans fard ni complaisance, les vestiges dévastateurs d’un passé porteur de violence envers les peuples autochtones. Nous sommes fiers de figurer parmi les nombreux coproducteurs canadiens de Windigo.  

Dans Copper Promises: Hinemihi Haka, Victoria Hunt explore son héritage māori et l’histoire marquante de son ancêtre Hinemihi, dont le nom est aussi celui d’un lieu de cérémonie māori. Son solo se veut un retour aux sources, à la culture et aux traditions, évoqué en mouvements, en sons et en images. 

Et le courageux et inspirant Blood on the Dance Floor de Jacob Boehme relate son expérience comme Aborigène atteint du VIH. S’inspirant de pratiques des nations Narungga et Kaurna, dont il est issu, Jacob raconte cette histoire à la fois puissante et touchante à travers le théâtre, la danse, la cérémonie et le conte. 

Merci d’explorer avec nous ces œuvres immersives, et la vie en mouvement.

Mot de Jacob Boehme

Pourquoi raconter cette histoire aujourd’hui? Trente ans après l’éclosion de l’épidémie mondiale de sida, la discrimination, la stigmatisation et le silence entourant la séropositivité sont toujours d’actualité en 2019 et continuent d’affecter les personnes qui vivent avec le VIH/sida. 

Blood on the Dance Floor fait connaître, sans pudeur et sans honte, mon histoire personnelle en tant qu’homme « blak », gai et « poz ». Le spectacle permet de créer un espace où notre communauté peut s’exprimer dans le cadre du dialogue sur le VIH, alors même que cette conversation a été menée, jusqu’à maintenant dans mon pays (l’Australie), par des hommes gais blancs, et réservée à eux seuls. 

Notre communauté (les Premiers Peuples d’Australie) est confrontée au VIH depuis le début de l’épidémie, dans les années 1980, un drame qu’elle vit essentiellement dans le silence et la honte. Et nous assistons actuellement à une montée en flèche des taux de dépistage, dans l’État de Victoria, notamment parmi les femmes indigènes et les utilisateurs de drogues injectables de notre communauté. Aujourd’hui, plus que jamais, il est indispensable que nous prenions place à la table des discussions, que nous brisions le silence et que nos voix soient entendues.


Blood on the Dance Floor

Notre sang est chargé de souvenirs. Il nous relie. Il nous définit.

Blood on the Dance Floor se penche sur l’héritage et le souvenir de nos lignées familiales, notre besoin d’appartenir à une communauté, et le sens que revêt le sang pour chacun de nous, en s’interrogeant sur la manière dont ce précieux fluide nous unit et nous divise à la fois.

Chorégraphe, danseur et auteur issu des nations Narungga et Kaurna d’Australie-Méridionale, Jacob Boehme a reçu un diagnostic de séropositivité en 1998. En quête de réponses, il s’est tourné vers ses ancêtres. Dans un puissant mélange de théâtre, d’images, de texte et de chorégraphie, il rend hommage à leurs cérémonies tout en analysant la politique des identités homosexuelle, « blak » et « poz ».

Blood on the Dance Floor est un récit fougueux, viscéral et pleinement assumé qui transcende le temps, l’espace et les personnages. Évoquant notre besoin d’aimer et d’être aimé, le saisissant monologue de Jacob Boehme met au jour nos identités secrètes et nos peurs les plus enfouies, cherchant à évoquer nos lignées ancestrales dans une quête bien contemporaine de courage et d’espoir.

- - - - -
Une production d’ILBIJERRI Theatre Company.

L’ILBIJJERRI Theatre Company bénéficie du soutien du gouvernement australien par l’entremise de l’Australia Council, ses programmes de financement des arts et ses conseillers en la matière.

ILBIJERRI Theatre Company

L’une des compagnies théâtrales les plus en vue en Australie, ILBIJERRI, est vouée à la création d’œuvres novatrices d’artistes aborigènes et indigènes du détroit de Torrès.

Nos productions ont tourné en Australie et dans le monde, s’attirant les éloges de la critique. Nous inspirons et stimulons nos auditoires avec des récits contemporains qui rendent compte de la situation d’aujourd’hui des Premières Nations en Australie.

Fondée en 1990, ILBIJERRI est la plus ancienne compagnie théâtrale des Premières Nations toujours en activité en Australie. Notre démarche créatrice vise à aider les artistes et les collectivités des Premières Nations à s’exprimer d’une voix forte pour orienter l’avenir de l’Australie.


Menu