Rues fermées à la circulation autour du CNA lors de la fin de semaine des courses d'Ottawa

La chambre des enfant ou l'espace entre rêve et réalité !

Enfant couché au sol sous un ciel orangé © Jonathan Lorange
Enfant dans une scène brumeuse debout sur un lit tenant à bout de bras un drap volant au vent © Jonathan Lorange
Enfant assis au sol entouré d'une pile de draps tenant au-dessus de sa tête un drap © Jonathan Lorange
Trois enfants marchant sur des draps au sol, gonflés naturellement par l'air © Jonathan Lorange

Est-ce une forêt ? Une mer agitée ? Des tas de draps ou des gros rochers ? Cessez de chercher, c’est tout simplement La chambre des enfants! Une pièce entièrement jouée par de jeunes comédiens âgés entre 8 et 11 ans. Sous la direction d’Anne-Marie Ouellet de la troupe L’Eau du bain, ces jeunes artistes nous font découvrir leur chambre imaginaire où les frontières entre le rêve et la réalité sont parfois floues. Le jeu des enfants nous permet de naviguer, interpréter et apprécier toute leur innocence enfantine mais également leur talent. Nous avons eu le bonheur de les rencontrer afin de découvrir leur univers fascinant!

Q. Quel a été ton plus grand défi pendant les répétitions ?

Isaac, 10 ans – Dans la scène avec les loups, mon bras était toujours trop bas et je marchais trop vite. Il fallait souvent que quelqu’un me fasse un signe pour me faire penser de lever mon bras. À force de le répéter, j’ai réussi!

Benjamin, 10 ans – Rester en roche pendant presque 10 minutes, recouvert d’un drap. C’est ennuyant parce que je dois rester sur mes genoux. C’est long. Je n’ai pas trouvé de trucs encore pour que ça passe plus vite!

Jeanne, 11 ans  – Déjà avec la COVID et les masques… ouf! Je crois que notre tournée de Québec qui a été annulée, ça été un coup dur pour moi.  Il y a eu des moments en répétition où nous devions porter le masque et garder une distance de deux mètres entre nous, je m’en souviens, c’était intense ! Quand tu parles avec un micro et un masque ça fait des bruits partout. C’était un peu désagréable.

Camille, 11 ans – Le fait que toutes les scènes sont vraiment différentes. Par exemple, la scène de la somnambule, il faut que je sois fluide comme si je dansais sur une musique. Alors, qu’il y a d’autres scènes où il faut que notre corps soit tout contracté, on est très étrange et saccadé. Et il y a d’autres scènes où on ne sait pas trop si on doit être contracté ou mou. Parfois il faut que tu fondes, il faut que tu aies l’air d’une flaque d’eau mais faut pas fondre trop vite. Je pense que c’est ça la plus grande difficulté : savoir comment se placer et comment faire les mouvements.

Q. Quand tu es sur scène, comment te sens-tu?

Isaac, 10 ans – Je me sens stressé. Il y a des scènes qui sont plus difficiles. J’ai peur de rater. Mais quand tu le fais et que tu réussis, tu es content, tu te sens fier. La prochaine fois, tu le sais que tu vas réussir. À la fin tu vas y arriver, tu n’as plus de stress. Comme en ce moment, je trouve ça cool. Ce n’est pas un métier que j’aimerais faire mais si j’ai l’opportunité de jouer dans un autre spectacle, je le ferais.

Benjamin, 10 ans – Je me sens normal, je me sens bien, pas stressé du tout. Je m’entends super bien avec tous les membres de l’équipe.

Jeanne, 11 ans – Ça fait très longtemps que je travaille sur cette pièce-là. Quand j’embarque sur scène, je me sens bien parce que j’aime ça faire du théâtre. C’est moi qui suis sur scène mais c’est comme si j’étais mon personnage. Jeanne est restée en coulisse.

Charline, 8 ans – Je me sens observée mais en même temps ça ne me dérange pas vraiment parce que je sais que je fais ça pour les gens. Je n’ai pas vraiment d’angoisse. Je me sens bien, je me sens chanceuse parce qu’il n’y en a pas beaucoup qui font cette pièce-là.

Camille, 11 ans – J’ai toujours aimé être sur scène puisque je ne suis pas quelqu’un qui est gênée de nature. J’aime beaucoup montrer aux autres ce que je sais faire sans être vaniteuse et dire « regardez-moi » !!! J’aime beaucoup voir ce que les autres sont capables de donner et moi-même, me donner pour montrer aux autres ce que je suis capable de faire.

Q. Toi, ta chambre imaginaire, elle ressemble à quoi ?

Isaac, 10 ans – C’est une grosse chambre avec plein de bibliothèques remplies de livres. J’adore ça ! Il y a quelques trampolines aussi. Un assez gros lit et une grosse lumière. Des tablettes pour déposer mes livres et une machine qui tourne les pages pour moi. J’aime vraiment lire Les Légendaires, Les Royaumes de feu et La Rose écarlate.

Benjamin, 11 ans – Elle a un atelier de soudure ! En ce moment je fabrique un synthétiseur et j’ai déjà fabriqué des pédales pour la guitare et ma basse. Je suis en train de faire un avion avec de très grandes ailes. Elle va être téléguidée. Mon père m’enseigne, il fait de la soudure et est ingénieur.

Jeanne, 11 ans – Elle est plutôt grande mais elle n’a pas de frontières. Elle a une très grande bibliothèque parce que j’aime beaucoup lire. Il y a au moins un arbre, un vrai ! C’est un arbre fruitier pour grimper !

Charline, 8 ans – Elle est grande avec beaucoup de lumière et des fenêtres partout. Il y a un seul lit et beaucoup de livres, des BD. J’aime beaucoup les bandes dessinées.

Camille, 11 ans – C’est une chambre assez spacieuse mais pas trop grosse. Quand c’est trop gros, je n’aime pas ça. C’est très lumineux. Je déteste quand il fait sombre. Il y a une atmosphère vraiment relaxe. Je n’aime pas les chambres qui sont comme dans les internats, qui ont un petit lit et une commode. Moi j’aime ça quand c’est le bordel mais un bordel organisé. Si tout est bien rangé au millimètre près, ça ressemble plus à un bureau qu’à une chambre. Je trouve que c’est ça qui est important dans une chambre, c’est de ne pas être stressé quand tu es là.


Menu