Le prix Siminovitch d’excellence et d’innovation en théâtre

Stéphanie Jasmin est la lauréate 2018 du Prix Siminovitch, et Max-Otto Fauteux, son protégé

Stéphanie Jasmin est la lauréate 2018 du Prix Siminovitch, et Max-Otto Fauteux, son protégé © Andrew Alexander

LA CONCEPTRICE VIDÉO ET SCÉNOGRAPHE STÉPHANIE JASMIN REMPORTE LE PRIX SIMINOVITCH 2018 EN THÉÂTRE
Max-Otto Fauteux est choIsI comme Protégé

Le prix a été remis le lundi 5 novembre au Centre national des Arts.

5 novembre 2018 – OTTAWA (Canada) –Stéphanie Jasmin est la lauréate 2018 du Prix Siminovitch, la plus prestigieuse distinction accordée à des artistes de théâtre au Canada. Cette année marque le 18e anniversaire du Prix, qui a été célébré aujourd’hui même lors d’une cérémonie à la Quatrième Salle du Centre national des Arts animée par Tomson Highway. D’une valeur de 100 000 $, le Prix Siminovitch est le plus important prix de théâtre au Canada. Stéphanie Jasmin recevra 75 000 $ et Max-Otto Fauteux, qu’elle a choisi comme protégé, recevra 25 000 $.

Outre Stéphanie Jasmin, trois autres concepteurs de talent figuraient parmi les finalistes cette année :  Itai Erdal, Camellia Koo et Alexander MacSween.

« Le travail de Stéphanie Jasmin dans le domaine de la vidéo, du multimédia et de la scénographie est extraordinaire. Les membres du jury ont parlé du frisson qu’ils ont éprouvé en découvrant son œuvre. Sa vision originale et d’une grande beauté, capable de révéler des éléments d’une histoire, d’un texte ou d’un thème, éléments qui seraient autrement passés inaperçus, a séduit les membres du jury », souligne Vanessa Porteous, présidente du jury. « Le travail Stéphanie Jasmin est poétique, presque abstrait. Il est à la frontière de l’innovation technologique, mais sans jamais tomber dans un intellectualisme qui serait imposé ou décoratif. Véritable artiste du monde du théâtre, Stéphanie Jasmin nous transporte dans une sphère émotionnelle plus profonde que la réalité elle-même. On peut dire qu’elle a inventé son propre langage scénique. Et elle en a encore beaucoup à nous montrer! On attend la suite avec impatience! »

Stéphanie Jasmin
Codirectrice artistique d’UBU, Stéphanie Jasmin est diplômée de l’École du Louvre à Paris, avec une spécialité en art contemporain, et détient un baccalauréat en réalisation cinématographique de l’Université Concordia à Montréal. À son arrivée chez UBU en 2000, elle met à contribution ses connaissances en histoire de l’art et sa maîtrise des langages de la vidéo et du cinéma pour l’exploration des nouvelles technologies dans laquelle s’engage le metteur en scène Denis Marleau. Stéphanie Jasmin signe depuis la conception vidéo de plus d’une trentaine de spectacles de la compagnie, concevant la scénographie pour plus de la moitié d’entre eux, en plus d’être collaboratrice artistique ou de cosigner la mise en scène. Son travail scénique a été vu sur plusieurs scènes montréalaises, notamment au Théâtre Espace GO, avec lequel sa compagnie est associée, et en Europe (Festival d’Avignon; Comédie-Française à Paris; Manège de Mons; deSingel, Anvers; Grand Théâtre de Genève, etc.). Elle a écrit et créé deux pièces (Ombres, Les Marguerite(s)), ainsi que plusieurs textes spécialisés sur le théâtre et les arts visuels. Elle œuvre aussi depuis 2005 comme dramaturge auprès de chorégraphes québécoises et anime des ateliers de création à Montréal et en Europe.

« La création est pour moi un espace de partage de conscience avec les autres, un lieu de questionnement qui nous pousse sans cesse à inventer des solutions et des formes imaginaires. Je reçois avec émotion, humilité et gratitude cette immense reconnaissance qu'est le Prix Siminovitch comme un encouragement extraordinaire, à ce moment-ci de mon parcours, à continuer d'élaborer et d'explorer encore plus profondément l’image scénique dans tous ses miroitements de sens avec le monde. », remarque Stéphanie Jasmin.

Stéphanie Jasmin a choisi Max-Otto Fauteux comme protégé. Aussi scénographe, celui-ci est diplômé de l’École nationale de théâtre du Canada (2010). Dès sa sortie de l’école, il œuvre de concert avec plusieurs grands noms de la scène théâtrale montréalaise. On découvre ses dispositifs scéniques sur une multitude de scènes du Québec et du Canada, ainsi qu’en France et en Belgique. Ailleurs, on retrouve régulièrement son approche visuelle en co-création avec d’autres artistes, musiciens, chorégraphes et architectes, ou encore à l’écran à la direction artistique. « La plateforme de création est toujours source d’inspiration », dit-il. Depuis le début de sa carrière, M. Fauteux aspire à collaborer avec des créatrices et des créateurs qui tendent à célébrer des textes et des idées contemporaines ou d’avant-garde.

En apprenant que Stéphanie Jasmin avait fait de lui son protégé, M. Fauteux a affirmé : « Dans ce métier qui nous a choisis, rien ne m’apparaît plus stimulant que la confiance de quelqu’un qui comprend. Merci, Stéphanie. »

Le Prix Simonovitch a été créé pour reconnaître et faire connaître l’excellence en théâtre. Chaque année, le Prix est accordé à un artiste exceptionnel dont le travail est véritablement novateur et inspirant. En accordant reconnaissance et ressources à un artiste en milieu de carrière, le Prix donne aux lauréats la possibilité d’approfondir leur art et par le fait même, d’enrichir le monde du théâtre pour tous les Canadiens », affirme Kathy Siminovitch, présidente du conseil d’administration. Nous sommes ravis que la brillante scénographe Stéphanie Jasmin soit la lauréate cette année. Son travail reflète l’audace que le Prix Siminovitch met en valeur et soutient. »

Le Prix Siminovitch met pleins feux sur l’excellence et l’innovation en théâtre canadien avec un prix annuel de 100 000 $. Sur un cycle de trois ans, le Prix souligne la contribution exceptionnelle d’un.e metteur.e en scène, un.e dramaturge ou un.e concepteur en milieu de carrière, et soutient les talents émergents grâce au mentorat. Le ou la lauréat.e reçoit 75 000 $ et choisit à son tour un.e protégé.e, qui reçoit 25 000 $. La Fondation du Prix Siminovitch est fière d’avoir élargi son mandat original. Depuis 2015, elle remet 5 000 $ à chacun.e des finalistes. La Banque TD poursuit son partenariat avec le Prix Siminovitch en commanditant le Prix du ou de la protégé.e.   

Le Théâtre français et le Théâtre anglais du CNA sont tous deux dirigés par des lauréates du Prix Siminovitch – respectivement, Brigitte Haentjens (2007) et Jillian Keiley (2004). Depuis que le Prix a été remis pour la première fois en 2001, on a pu voir le travail de chacun des dix-sept lauréats sur la scène nationale du CNA.

Twitter : @PrixSiminovitch
Mot-clic : #PrixSiminovitch

À PROPOS DU PRIX SIMINOVITCH

Sur un cycle de trois ans, le Prix met à l’honneur un.e metteur.e en scène, un.e dramaturge ou un.e concepteur qui est une figure de proue dans le domaine du théâtre, et dont le travail est reconnu pour sa portée et son influence. Le Prix 2017 a été remis au dramaturge Marcus Youssef et à sa protégée, Christine Quintana. Parmi les lauréats précédents, notons les célèbres scénographes Anick La Bissonnière (2015), Robert Thomson (2012), Ronnie Burkett (2009), Dany Lyne (2006) et Louise Campeau (2003).

Menu