© Julie Charland
Cet événement est passé
© Julie Charland

Gâteau de bienvenue et coquilles d’œufs !

Cinq voisins d’appartement préparent une fête pour accueillir une famille de réfugiés : gâteau, ballons, poèmes et bonnes intentions. Mais le chaos guette la scène, et tout va complètement déraper. Quel est cet éléphant dans la pièce ?

Avec un humour tonique, des propos mordants et une distribution inclusive (dont un charismatique acteur avec un handicap intellectuel), la compagnie Joe Jack et John nous force à retourner nos poches identitaires pour dénicher les préjugés et les miettes d’intolérance qui s’y incrustent. Joyeux, grinçant, renversant !

1 seule représentation !

Spectacle en français avec des passages en anglais et interprétation en LSQ (Langue des signes québécoise). Passage en français surtitrés en anglais, et passages en anglais surtitrés en français.

Une discussion d’après spectacle aura lieu juste après la représentation.

Dans la presse


Critique du spectacle

« L’autre, celui ou celle... pas comme nous. Mais qui est nous ? Ici, ce sont quatre voisins (trois hommes, dont l’un souffre d’une légère déficience, et une femme) qui ont décidé d’accueillir des réfugiés syriens. En attendant la « visite », ils incarnent tous les travers de la société d’accueil en montrant, parfois jusqu’au malaise, des attitudes carrément « racistes ». Catherine Bourgeois et sa sympathique troupe posent les vraies questions sur notre capacité à accepter vraiment la différence, quelle qu’elle soit, sans faire semblant ni détourner les yeux. Dis merci est fait avec beaucoup d’humour et d’intelligence. Ça vaut le détour.»

La Presse, 6 février 2018, Mario Cloutier : Dis merci : bienvenue, mais pas trop !

« Avec son rythme soutenu, son savant mélange de registres, singulière conjugaison de douce folie et d’observation sociale, sans oublier la considérable vigueur des quatre interprètes, le spectacle est l’un des plus réussis de la compagnie, sans nul doute le plus riche et équilibré d’un point de vue dramaturgique. »

Le Devoir, 6 février 2018, Christian Saint-Pierre : « Dis merci »: société d’accueil

« La mise en scène de Catherine Bourgeois ajoute une touche de légèreté à quelque chose d’ordinairement lourd, cette chose comme un éléphant au milieu de la pièce que tout le monde fait semblant de ne pas voir. Les couleurs, les moments d’improvisations chorégraphiques, le rythme en fragments participent à la cohérence d’un propos qui nous habite déjà tous les jours, à chaque coin de rue, mais qui finit par devenir invisible. Il ne s’agit pas d’une pièce combative, mais elle atteint son objectif dans sa capacité à nous rappeler ce qui existe autour de nous, en réussissant le pari de le faire avec humour. »

Voir, 5 février 2018, Rose Carine Henriquez : Dis merci : l’invisible autre

« Ce qui est très appréciable, c’est l’omniprésence de l’humour, avec des comédiens qui n’hésitent pas à se moquer d’eux-mêmes et à nous faire rire de bon cœur avec eux. Le spectacle finit par nous habiter pendant plusieurs jours, et certains de ses éléments, qui semblaient au départ anodins, trouvent un sens une fois digérés. »

Revue Jeu, 1er février 2018, Aurélie Olivier : Dis merci : Petit guide à l’usage des réfugiés

Le théâtre comme sport d’équipe

Entretien avec Catherine Bourgeois

L’écriture collaborative, qu’est-ce que ça mange en hiver? Comment as-tu travaillé pour écrire la partition de Dis merci?

L’écriture collaborative c’est comme une partie de ping-pong. Je commence tout d’abord par trouver un sujet qui m’intrigue et sur lequel je fais de la recherche. Ensuite, je réunis des acteurs et des actrices qui pourraient avoir quelque chose à dire sur le sujet. Dans le cas de Dis merci, chaque membre de la distribution a une expérience de mouvance, de déplacement, de migration. Ensuite, je prépare une idée de scène avec des directions d’impro, un questionnaire ou une image, les interprètes y répondent, on filme, on en discute, puis l’autrice avec qui je travaille ajoute son grain de sel. Les concepteurs et les conceptrices se joignent à l’équipe et entrent en jeu. Le processus se poursuit jusqu’au contact avec le public à l’occasion d’un ou deux laboratoires, où on collige les commentaires des spectateurs afin de peaufiner l’œuvre. On poursuit le match écriture/salle de répétition, puis finalement, on a un texte, des chorégraphies et une structure… on est prêt pour la première !

Durée approximative de 1 heure et 20 minutes sans entracte.

video: Dis merci
Dis merci
© Julie Charland
© Catherine Aboumrad
© Catherine Aboumrad
© Catherine Aboumrad
© Catherine Aboumrad
© Catherine Aboumrad
© Catherine Aboumrad
© Catherine Aboumrad

Artistes

En savoir plus ›
  • interprète en LSQ Nico Bonin-Gauthier
  • Lumière Audrey-Anne Bouchard
  • Son Éric Forget
  • Costumes Amy Keith
  • Conseils à la dramaturgie Sara Fauteux
  • Régie et direction technique Clémence Doray
  • Répétitrice et régie de plateau Lorie Ganley
  • Traductrice des surtitres Leanna Brodie
  • Production Joe Jack et John
Menu