Parlons musique : La Neuvième de Beethoven

Mettant en vedette Jessica A. Holmes, PhD

Cet événement est passé
Musique Causeries

Venez participer à nos discussions pour découvrir la vie et l’œuvre de Beethoven.

Veuillez noter que cette causerie se déroulera en anglais seulement.

Écoute experte : Musique et surdité

La surdité de Beethoven a longtemps captivé l’imagination des mélomanes du monde entier, un « sort » en contradiction apparente avec l’ampleur retentissante de ses réalisations musicales, qui sont la marque véritable de son génie musical. Composée longtemps après son retrait de la scène publique et au cours de la phase la plus aigüe de sa perte d’audition, la Neuvième symphonie – son œuvre maîtresse – a fini par symboliser le triomphe du compositeur sur l’adversité. Cela n’est nulle part ailleurs mieux illustré que dans « l’Hymne à la joie », le monumental chorale du dernier mouvement de la symphonie, porteur d’un message d’espoir, d’amour et d’unité. La légende raconte qu’à l’issue de la première très attendue de la symphonie, dirigée par Beethoven lui‑même, la soprano soliste lui fit signe de se retourner pour faire face au public, car il était incapable d’en entendre les applaudissements tonitruants.

Aussi inspirantes qu’elles puissent être, ces anecdotes bien connues au sujet de Beethoven présument à tort que les personnes sourdes vivent dans un monde de silence total avec une capacité extrêmement limitée de comprendre la musique. Comment, dans ce cas, Beethoven a‑t‑il écouté en l’absence d’ouïe? Quels types d’ajustements et d’adaptations a‑t‑il adoptés pour compenser sa perte d’ouïe? Dans sa présentation, la Dre Jessica Holmes démystifie la surdité de Beethoven à l’aide d’anecdotes musicales émanant de musiciens et d’auditeurs contemporains privés d’ouïe, et dévoile les aspects multisensoriels de toute expérience musicale et la dynamique physiologique et sociale précaire de l’ouïe soi‑disant « normale ».

Causerie en lien avec le programme suivant :

Menu