Cet événement est passé
© Marc LeMyre
D’une écriture précise et ciselée émerge une partition corporelle. Les mots d’Ouellette servent d’élan et habitent le corps de Marie-Ève Fontaine. C’est un travail exigeant mais ô combien exaltant. Joël Beddows, metteur en scène

***  REPRÉSENTATION AVEC SURTITRES ANGLAIS VENDREDI 2 FÉVRIER ***

Marie-Ève Fontaine nous transporte dans un solo lumineux et rayonne dans un décor en trompe-l’œil. 

Di, qui a presque dix-sept ans, vit dans une grande maison située entre champs et forêts, avec Makati, sa maman adorée, Paclay, son papa rêveur, et Mario Morneau, le deuxième mari de sa mère. Elle voit son univers basculer lorsque la belle Peggy Bellatus vient imposer ses machines minières en compagnie de son père. Imaginée par Michel Ouellette, auteur franco-ontarien déjà à la tête d’une quarantaine d’œuvres, cette « pièce pour une femme seule » est construite comme une partition polyphonique. Pour y donner corps, Joël Beddows dirige ici la rayonnante Marie-Ève Fontaine. De sa bouche jaillit une spirale de mots qui fait mouche.

Durée

Durée approximative de 1 heure et 25 minutes sans entracte.

© Marc LeMyre
© Jonathan Lorange
© Julie Charland
LE DIRE DE DI en plein laboratoire de création à Toronto
© Marc LeMyre
© Marc LeMyre
© Marc LeMyre

Artistes

  • Texte Michel Ouellette
  • Metteur en scène Joël Beddows
  • Avec Marie-Ève Fontaine
  • Assistance à la mise en scène Jean-Nicolas Masson
  • Scénographie Michael Spence
  • Lumière Guillaume Houët
  • Environnement sonore Thomas Sinou
  • Conception gestuelle Marie-Josée Chartier
  • Direction de production et régie Natalie Gisele
  • Direction de tournée Kyle Ahluwalia
  • Coproduction Théâtre français de Toronto et Théâtre la Catapulte
Menu