Événements et spectacles en direct au CNA – mise à jour du 20 mai 2021.
Jacques Hétu |
Compositeur

Jacques Hétu

Né à Trois-Rivières, Jacques Hétu (1938–2010) commença le piano à l’adolescence et s’inscrivit en musique à l’Université d’Ottawa en 1955. Il entra ensuite au prestigieux Conservatoire de musique de Montréal, qui lui décerna le premier prix de composition en 1961. Diplôme et bourse d’études en poche, il poursuivit sa formation à Paris.

La carrière de Hétu prit véritablement son envol en 1967 lorsque Glenn Gould enregistra ses Variations pour piano (opus 8) en 1967. Sa Fantaisie pour piano et orchestre (opus 21) fut la pièce canadienne imposée au Concours international de musique de Montréal en 1976. Décrite comme « l’une des créations les plus dignes d’intérêt qu’un compositeur canadien ait écrites depuis plus d’une décennie » (Eric McLean, Montreal Star, 26 octobre 1977), sa Symphonie no 3 fut interprétée par l’Orchestre du Centre national des Arts au cours de sa tournée européenne de 1990.

À l’Université Laval, Jacques Hétu enseigna l’analyse et la littérature musicale, inaugura un cours d’orchestration et institua un cours de composition (1963–1977). Il enseigna aussi la composition à l’Université de Montréal (1972–1973 et 1978–1979) et enseigna à l’Université du Québec à Montréal (1979–2000), où il fut directeur du département de musique (1980–1982 et 1986–1988).

Le catalogue de Hétu comprend quelque 70 œuvres – y compris symphonies, opéras, pièces chorales, musique de chambre et concertos pour une variété d’instruments – lesquelles font de lui l’un des compositeurs canadiens les plus joués dans le monde.

Le compositeur a obtenu de nombreuses récompenses, y compris le prix Jan V. Matejcek de la SOCAN à sept reprises ainsi que le prix JUNO de l’enregistrement de l’année et un Prix de la musique canadienne de la côte ouest pour son album Jacques Hétu : Concertos. Il a été nommé membre de la Société royale du Canada en 1989 et Officier de l’Ordre du Canada en 2001.

Menu