Événements et spectacles en direct au CNA – mise à jour de septembre 2020.

Musiciens globe-trotters

Départ en tournée des membres de l'Orchestre du CNA en 1972 au son de la trompette de Frederick Mills. Le chef fondateur de l'Orchestre Mario Bernardi salue du haut de l'escalier. © NAC Archives
L'Orchestre du CNA lors son premier concert à New York au Alice Tully Hall du Lincoln Center le 27 février 1972. © NAC Archives
Des musiciens du CNA en concert à l'Église Sainte-Cécile-du-Trastevere à Rome lors de la tournée européenne de l'Orchestre en 1973. © NAC Archives
Des membres de l'Orchestre du CNA posent devant la célèbre porte de Brandebourg à Berlin lors de la tournée européenne de 1978. © NAC Archives
L'Orchestre du CNA en concert aux Nations-Unies à New York le 24 octobre 1980. © NAC Archives
Des musiciens de l'Orchestre posent devant le mur des lamentations à Jérusalem en 2000. Des concerts de Tournée dans le Proche-Orient ont été annulés en raison du conflit armée qui a eu lieu souda © Brian Boychuk
L'étui à violon modifiée de Brian Boychuk, qui sert aussi de table à cartes pour lui et ses collègues de l'Orchestre du CNA. Tout a commencé dans un hall d'hotel à Tel-Aviv en 2000. © Brian Boychuk

Voici quelques bons souvenirs et moments historiques des tournées internationales précédentes de l’Orchestre du CNA.

Pour la violoniste Elaine Klimasko, qui en est à sa 44e saison avec l’ensemble, la tournée européenne de 1973 qui s’est amorcée en Pologne a été particulièrement marquante pour un motif tout personnel : elle lui a permis de rencontrer de lointains parents qui avaient fait le voyage depuis l’Ukraine pour venir l’entendre. Mais sur le plan musical, « la prestation de Pinchas Zukerman dans le concerto de Beethoven à Leipzig en 1990 a sans doute été l’une des interprétations les plus remarquables jamais données de cette oeuvre », affi rme-t-elle en évoquant la présence du maestro comme chef invité et soliste dans le cadre de la tournée. « Une autre innovation majeure est l’ampleur du volet éducatif qui complète désormais chacune de nos tournées. Pinchas y attache beaucoup d’importance et a su concrétiser sa vision avec un immense succès. »

Le violoniste Brian Boychuk considère pour sa part les parties de carte qu’il dispute avec d’autres membres de l’Orchestre comme le fi l conducteur qui relie toutes les tournées entre elles. Tout a commencé dans un hall d’hôtel à Tel-Aviv lorsque le départ imminent des musiciens pour la Jordanie a été brusquement annulé, la frontière étant devenue trop dangereuse. « Cette partie a commencé il y a 13 ans et se poursuit toujours, raconte-t-il. Nous avons joué dans des autobus, des avions, des hôtels, partout. » Il a même adapté son étui à violon de tournée en y ajoutant une surface plane et des pattes, pour que l’objet puisse faire office de table à cartes.

La plupart des souvenirs de tournée de Chris Dearlove, directeur administratif de l’Orchestre de 1998 à 2007, sont associés à une crise. « Il y a eu l’annulation du concert d’Amman, en Jordanie, en raison du confl it armé. Nous avons dû trouver en catastrophe 60 places à bord d’un vol vers l’Italie. Puis nous avons fait escale à Locarno au moment où la ville était inondée. Nous avons surnommé ce périple la ‘tournée entre l’enfer et la crue’ », se rappellet-il avec un sourire en coin. « Mais tout finit habituellement par s’arranger, car les tournées sont le fruit de plusieurs années de planification et de réflexion. »

Par Hattie Klotz
Prélude Rédacteur en chef, Carl Martin


Menu