50% de rabais sur les abonnements - 2 jours seulement - Ne manquez pas ça! (Compte à rebours :
)

La mini-tournée acadienne

« Avez-vous déjà vu un bâton laid »?, demande Marjolaine Fournier.

La centaine d’élèves rassemblés dans la cafétéria de l’école de Grande-Digue – située dans un des pittoresques petits villages de la côte acadienne – éclatent de rire lorsqu’ils aperçoivent cet instrument de musique hors de l’ordinaire : une simple branche d’arbre couverte de bouchons de bouteilles, revêtue d’une boîte de conserve, et chaussée d’une botte de pluie en caoutchouc rose. Quelques instants plus tard, le fameux bâton laid deviendra un instrument rythmique essentiel pour taper la mesure au sein d’un orchestre improvisé de jeunes élèves munis de cuillères de bois.

C’est un des moments forts de cette mini-tournée acadienne de trois écoles francophones aujourd’hui sur la côte acadienne, avec Marjolaine Fournier, contrebassiste à l’Orchestre du Centre national des Arts, et Samantha Robichaud, violoneuse de Moncton. Dans son introduction, la directrice de l’école Nadine Cormier a expliqué aux élèves qu’ils assisteraient à un mariage entre la musique classique et la musique traditionnelle. Samantha a ensuite exposé la différence entre « violoniste » et « violoneux » : « Le violoniste chante, tandis que le violoneux danse! »

Afin d’illustrer cette différence vitale, la jeune musicienne de 24 ans a entamé un reel au violon, accompagnée de sa complice Marjolaine à la contrebasse. Une jigue générale s’amorce alors et on assiste tout à coup à de joyeuses noces de percussions et de cordes, entrecoupées de rires d’enfant.


Menu