Le CNA prolonge les annulations et les reports d'événements jusqu'au 31 août

Roland (la vérité du vainqueur)
Olivier Ducas
Studio, les 12 et 13 novembre à 20 h
Épopée médiévale revisitée et mise en scène par Olivier Ducas, d’après un poème épique et une chanson de geste de la fin du XIe siècle, avec Daniel Desparois et Étienne Blanchette.

Collaboration artistique : Claudia Couture, Benoît Durand-Jodoin, Thomas Godefroid, Déline Pétrone et Julie Vallée-Léger.
Un spectacle du Théâtre de la Pire Espèce qui s’adresse à un public de 12 ans et plus.
Durée : 55 minutes sans entracte.
Matinées scolaires disponibles.

Mais qui était donc Roland, le fameux héros de la chanson de geste du Moyen-Âge? A-t-il vraiment été le vaillant preux chevalier, neveu de Charlemagne ou était-il, en fait, l’incarnation d’une subtile œuvre de propagande visant à doter les croisades d’un fondement historique? C’est à partir de cette perspective interprétative critique que l’équipe de création du Théâtre de la Pire Espèce a conçu ce spectacle qui cherche, avant tout, à cultiver un rapport direct et complice avec le public.

Sur scène, un conteur vient livrer à l’auditoire l’histoire de son héros d’enfance, Roland. Un vrai chevalier. Pas le genre de chevalier qui tue des dragons et qui sauve des princesses, non. Le genre qui fait son travail : la guerre. Tenez-vous-le pour dit, Roland n’est pas un héros de légende, mais un vrai héros, un héros historique! Avec son ami qui joue les personnages secondaires, notre conteur relate les meilleurs épisodes de La Chanson de Roland en proclamant, haut et fort, leur véracité. Aucun doute n’est possible puisque tout est écrit noir sur blanc dans son livre.

Dans cette pièce, Roland et les douze meilleurs chevaliers de France sont des petites marionnettes d’ombre en papier, manipulées à vue par les deux acteurs. Mais soudain, la réalité dépasse la fiction… Captivé peu à peu par son histoire, notre conteur se substitue à sa figurine de chevalier, se transforme en Roland et lui donne ainsi corps. À partir de ce moment, il entre dans l’histoire, il passe derrière l’écran, devient une ombre parmi les ombres et perd définitivement toute distance critique. En un mot, il s’est pris au jeu, il est tombé dans le piège. Heureusement, son ami, lui, reste extérieur à tout cela. La dynamique de notre duo de conteurs prend tout à coup une autre forme et on assiste, alors, à un véritable duel où chaque protagoniste défend sa propre lecture de La Chanson de Roland. Tous deux cherchent, tour à tour, à imposer leur vérité au public.

L’ombre ou la grande illusion :
L’équipe de création du Théâtre de la Pire Espèce insiste sur le fait que ce n’est pas un pur hasard si le spectacle fait usage de projections et de théâtre d’ombres. « Tout d’abord, l’ombre possède un aspect mystérieux et immatériel qui épouse le caractère fantastique et légendaire de l’épopée. Elle peut dilater l’espace scénique et transformer un nain de papier en géant des ténèbres! En un mot, elle recrée physiquement les hyperboles des conteurs. Ensuite, la nature même de l’ombre épouse le propos de la pièce. Le spectacle s’intéresse aux perspectives différentes que l’on peut avoir d’un même évènement. L’ombre, en fait, n’est qu’une image, une représentation partielle (mais géante) de la réalité. Le plus grand défi de ce spectacle aura été de réussir à intégrer, à harmoniser deux langages théâtraux aux antipodes : le conte, qui n’est que parole, et le théâtre d’ombres, qui n’est qu’image se passant volontiers de mots. ».

Depuis sa fondation en 1999, le Théâtre de la Pire Espèce, dont Olivier Ducas est l’un des codirecteurs artistiques, a imaginé une dizaine de spectacles joués plus de 800 fois dans sept pays et en quatre langues, flirtant avec le théâtre d’objets, le clown, le cabaret et le théâtre de rue. La compagnie veut développer, en explorant l’écriture scénique, un art vivant, novateur et accessible.

ÉCHOS DE LA PRESSE
« La bouleversante histoire de Roland nous est racontée de façon irrésistible avec des objets, bien sûr – des silhouettes découpées dans le papier, une corde à linge, un seau  en métal, des casques très réussis, des rouleaux d’images qui défilent –, mais aussi grâce à des projecteurs et des jeux d’ombres grotesquement saisissants. »
Le Devoir / mai 2008

« Le voyage est d’un magnétisme et d’un humour irrésistibles. La musique est épique à souhait. Une captivante relecture de l’œuvre. »
Voir Montréal / mai 2008

« Au cours des dernières années, les fondateurs du Théâtre de la Pire Espèce ont jeté les bases d’une véritable méthode de création. Procédant à une édification simultanée de tous les aspects d’un spectacle, refusant ainsi d’accorder préséance au texte, ils amalgament les disciplines et assemblent les registres les plus divers avec un sens indéniable de l’équilibre. »
Revue Esse No 54 / 2005

RENCONTRE DU VENDREDI
La représentation du vendredi 12 novembre sera suivie d’une rencontre avec l’équipe de création animée par Marie Claude Dicaire.

RÉSERVATIONS :
www.cna-nac.ca

TICKETMASTER :
613-755-1111

BILLETTERIE DU CNA
53, rue Elgin – Ottawa
Du lundi au samedi
De 10 h à 21 h
BILLETS
Adulte 18,79 $
Étudiant 18,79 $

GROUPES DE DIX PERSONNES ET + :
15 à 20 % de rabais
613-947-7000 poste 384
grp@nac-cna.ca

- 30 -

Aude RAHMANI
Agente de communication - Théâtre Français
Centre national des Arts
613-947-7000, poste 396 / 1-866-850-2787, poste 396
arahmani@nac-cna.ca

 

Menu