Événements et spectacles en direct au CNA – mise à jour du 13 janvier 2021.

TARA BEAGAN REMPORTE LE PRIX SIMINOVITCH 2020 EN DRAMATURGIE

Communiqué

TARA BEAGAN REMPORTE LE PRIX SIMINOVITCH 2020 EN DRAMATURGIE

L’écriture de Beagan est, selon le jury, « à la fois sublime et insoutenable ».

26 novembre 2020 OTTAWA (Canada) La dramaturge Ntlaka’pamux Tara Beagan a remporté le Prix Siminovitch 2020, plus prestigieuse distinction en théâtre au Canada, assortie de la bourse la plus importante dans ce domaine. Elle recevra une somme de 75 000 $, et sa protégée Joelle Peters, un montant de 25 000 $.

Résidant à Mohkinstis (Calgary), Beagan est fière d’être Ntlaka’pamux et d’avoir des racines irlandaises paternelles. Elle est actuellement dramaturge en résidence au Prairie Theatre Exchange (Winnipeg). Des trente-deux pièces qu’elle a écrites, sept ont été publiées, une a remporté un prix Dora et une autre, été citée pour ce prix. Sa pièce Honour Beat a obtenu le prix de théâtre Gwen Pharis Ringwood 2020.

« Tous les créateurs de théâtre autochtones ont contribué à ce moment, simplement en travaillant fort, en étant là, souligne Beagan. Jeunes créateurs autochtones, vous êtes l’aboutissement des efforts de vos ancêtres. Soyez forts, connectez avec le ciel et la terre, et souvenez-vous que bien des êtres vous accompagnent. »

Le jury 2020 de la Fondation du Prix Siminovitch était composé de : Vanessa Porteous, présidente (Calgary), Jessica Carmichael (Montréal), Julie McIsaac (Toronto/Colombie-Britannique), Olivier Sylvestre (Montréal) et Donald Woo (Toronto).

« Michelle Trush, qui a proposé la candidature de Tara Beagan, la décrit avec justesse comme une amoureuse des mots et un vecteur d’histoires », souligne Vanessa Porteous, présidente du jury. « Beagan voit le théâtre comme une œuvre sacrée. Durant les délibérations du jury, l’excitation était palpable chaque fois que l’œuvre de Beagan était évoquée. Elle vous touche en plein cœur et en plein corps. Le jury a reconnu dans son écriture une dimension à la fois sublime et intenable. Beagan trace sa propre voie. Aucun autre écrivain de ce territoire ne propose ce genre de contenu, si riche en personnages, récits, émotions, humour, humanité, compassion, complexité et désir d’intégrité. Sa vision est sans compromis, sa voix, nécessaire. Sa trajectoire incarne les plus profondes valeurs du Prix Siminovitch. Tara Beagan nous offre un théâtre simplement excellent, saisissant, inoubliable et du plus haut calibre. »

« Mes filles et moi nous réjouissons que le Prix Siminovitch 2020 en dramaturgie soit accordé à Tara Beagan », dit le Dr Lou Siminovitch, qui a célébré son 100e anniversaire en mai dernier. « Ce prix a été lancé il y a 20 ans en partie pour rendre hommage à ma défunte femme Elinore, une dramaturge avant-gardiste qui s’est battue pour la justice sociale et contre la répression politique. Féministe, elle s’est efforcée de faire entendre sa voix; je pense qu’elle aurait aimé la nature audacieuse et forte de l’œuvre de Tara, et surtout son brio à faire entendre des voix qui, sans elle, n’auraient peut-être pas résonné sur les scènes de notre pays. »

Le Prix reconnaît l’importance du mentorat pour soutenir les talents émergents par l’entremise d’un prix du protégé de 25 000 $. Joelle Peters, interprète et dramaturge torontoise d’origine anishnaabe et miami, est la protégée de Tara Beagan. Actuellement membre de l’Animikiig Creators’ Unit de Native Earth Performing Arts, elle écrit une pièce intégrale sur le passage à l’âge adulte, intitulée Niish (avec le mentorat de Falen Johnson). Elle a coécrit Frozen River avec Michaela Washburn et Carrie Costello, qui sera présenté en première au Manitoba Theatre for Young People au printemps 2021.

« Ça fait du bien quand une personne qu’on admire nous dit : Je te vois, je vois ton travail, continue, note Peters. Avoir été choisie comme protégée par Tara, c’est un encouragement incroyable, et j’ai hâte de voir où mon parcours de conteuse me mènera dans l’avenir. »

Le dévoilement du nom de la lauréate du Prix Siminovitch 2020 a eu lieu au cours d’une cérémonie numérique le 26 novembre, laquelle a réuni des membres de la communauté canadienne du théâtre et des amateurs de la discipline de tout le pays. Cette cérémonie a également rendu hommage aux autres candidats en lice : Carmen Aguirre (Vancouver), Martin Bellemare (Montréal), Karen Hines (Calgary/Toronto) et Annick Lefebvre (Montréal).

« Nous félicitons Tara Beagan d’avoir remporté le Prix Siminovitch pour son œuvre extraordinaire », dit Christopher Deacon, président et chef de la direction du CNA. « Nous saluons également les exceptionnels dramaturges sélectionnés cette année – Carmen Aguirre, Martin Bellemare, Karen Hines et Annick Lefebvre – qui incarnent tous, au plus haut point, l’excellence et l’innovation en théâtre canadien. »

À PROPOS DE TARA BEAGAN
Tara Beagan est fière d’être Ntlaka’pamux et d’avoir des racines irlandaises paternelles. Avec Andy Moro, elle a fondé et dirige ARTICLE 11. Elle a assuré la direction artistique de Native Earth Performing Arts (NEPA) de février 2011 à décembre 2013; pendant cette période, la compagnie guidée par les valeurs traditionnelles a accueilli un aîné en résidence, et déménagé au studio Aki, qu’elle a aussi nommé. Beagan a notamment effectué des résidences au Cahoots Theatre (Toronto), à NEPA (Toronto), au Centre national des Arts (Ottawa) et à la Berton House (Dawson City, Yn); elle est actuellement dramaturge en résidence au Prairie Theatre Exchange (Winnipeg). Des trente-deux pièces qu’elle a écrites, sept ont été publiées. Thy Neighbour’s Wife a remporté le prix Dora Mayor Moore de la meilleure nouvelle pièce en 2005, tandis que Miss Julie: Sheh’mah a été cité pour ce prix. Beagan a par ailleurs été finaliste au Concours du réseau des dramaturges albertains 2018, et sa pièce Honour Beat a obtenu le prix de théâtre Gwen Pharis Ringwood 2020. Heureux d’être sis à Mohkintsis (Calgary, Alb.), ARTICLE 11 s’est produit partout sur l’île de la Tortue, en Aotearoa, en Australie et en Écosse.

À PROPOS DE JOELLE PETERS
D’origine anishaabe et miami, Joelle Peters est une interprète et dramaturge torontoise. Originaire de la Première Nation de l’île Walpole (territoire Bkejwanong, au sud-ouest de l’Ontario), elle a emménagé à Toronto afin d’étudier au Collège Seneca (jeu, voix et caméra). Elle aime la scène autant que le petit et le grand écran, et souhaite continuer à faire le pont entre ces mondes. Elle s’est produite partout au Canada, notamment au Western Canada Theatre, auThousand Islands Playhouse, au Factory Theatre, au Summerworks Festival et au Theatre Passe Muraille. Elle a également tourné en Ontario et en Colombie-Britannique. Peters cherche constamment à créer de nouvelles œuvres et à renouveler l’art du conte; elle s’intéresse de plus en plus à la mise en scène et à la dramaturgie. Actuellement membre de l’Animikiig Creators’ Unit de Native Earth Performing Arts, elle écrit une pièce intégrale sur le passage à l’âge adulte, intitulée Niish (avec le mentorat de Falen Johnson). Elle a coécrit Frozen River avec Michaela Washburn et Carrie Costello, qui sera présenté en première au Manitoba Theatre for Young People au printemps 2021.


À PROPOS DU PRIX SIMINOVITCH
Le Prix Siminovitch met pleins feux sur l’excellence et l’innovation en théâtre canadien. Sur un cycle de trois ans, il récompense un·e metteur·e en scène, un·e dramaturge ou un·e scénographe professionnel·le à mi-carrière qui est un·e chef de file en théâtre et dont le travail est reconnu pour sa portée et son influence. Marcus Youssef, Olivier Choinière, Joan MacLeod, Daniel MacIvor, John Mighton et Carole Fréchette sont les lauréats précédents en dramaturgie. Cette année marque le 20e anniversaire du Prix Siminovitch, lancé en 2000 pour rendre hommage aux valeurs et aux réalisations du renommé scientifique Lou Siminovitch et de sa défunte épouse, Elinore Siminovitch, dramaturge avant-gardiste.

Le Prix reconnaît l’importance du mentorat pour soutenir les talents émergents : le ou la lauréat·e reçoit 75 000 $ et choisit à son tour un·e protégé·e, qui reçoit 25 000 $. De plus, des étudiants des volets anglophone et francophone de l’École nationale de théâtre du Canada ont participé à des ateliers avec les finalistes à la fin octobre.

En 2016, le Prix Siminovitch a amorcé un partenariat avec le Centre national des Arts. Les directrices artistiques du Théâtre français et du Théâtre anglais du CNA ont toutes deux reçu le Prix Siminovitch en mise en scène : respectivement, Brigitte Haentjens en 2007 et Jillian Keiley en 2004. En fait, depuis que le Prix a été remis pour la première fois en 2001, on a pu voir le travail de chacun des lauréats sur la scène nationale au CNA.

www.siminovitchprize.com

Twitter : @PrixSiminovitch
Mot-clic : #PrixSiminovitch
 

À PROPOS DU CENTRE NATIONAL DES ARTS
Le Centre national des Arts du Canada est un carrefour des arts de la scène multidisciplinaire et bilingue. Comme diffuseur, créateur, producteur et coproducteur, il propose une offre artistique des plus variées dans chacun de ses volets de programmation – Orchestre du CNA, Danse, Théâtre français, Théâtre anglais, Théâtre autochtone, et Musique populaire et variétés – et cultive la prochaine génération d’artistes et d’auditoires à l’échelle du pays. Le CNA est situé dans la région de la capitale nationale sur le territoire non cédé de la Nation algonquine anishnaabe.


-30-

 

RENSEIGNEMENTS :

Mary Gordon
Conseillère principale, Communication
Centre national des Arts

613 601-3877
mary.gordon@nac-cna.ca                            

Sean Fitzpatrick
Agent de communication,
Théâtre anglais et Théâtre autochtone
Centre national des Arts

613 899-9737
sean.fitzpatrick@nac-cna.ca

Menu