Événements et spectacles en direct au CNA – mise à jour d'octobre 2020.

VINGTIÈME ANNIVERSAIRE DU PRIX SIMINOVITCH : LE NOM DES FINALISTES DU PRIX 2020 EN DRAMATURGIE EST DÉVOILÉ

On annoncera le nom du ou de la lauréat·e du Prix Siminovitch 2020 au cours d’une première cérémonie numérique en hommage aux finalistes.

15 octobre 2020 – OTTAWA (Canada) – La Fondation du Prix Siminovitch et le Centre national des Arts (CNA) dévoilent aujourd’hui le nom des finalistes du Prix Siminovitch 2020, récompense la plus prestigieuse accordée dans le monde du théâtre au Canada. Le jury a cette année retenu cinq candidatures exceptionnelles en dramaturgie pour ce prix qui souligne, depuis maintenant 20 ans, l’excellence et l’innovation en théâtre canadien.

La Fondation du Prix Siminovitch et le CNA sont fiers de présenter les finalistes 2020 : Carmen Aguirre (Vancouver), Tara Beagan (Mohkintsis/Calgary), Martin Bellemare (Montréal), Karen Hines (Calgary/Toronto) et Annick Lefebvre (Montréal).

« Intrépides, voilà le mot qui me vient en tête quand je pense à ces cinq brillants dramaturges », souligne Vanessa Porteous, présidente du jury de la Fondation du Prix Siminovitch. « Ils sont animés d’une force irrépressible, d’un désir de combattre l’injustice, de dire ce qui n’a jamais été dit. Ils jouent des mots pour provoquer aussi bien que pour apaiser, chacun selon sa vision artistique. Ils défient les conventions dans leurs expérimentations. Qu’importent leurs motivations, ils sont seuls dans l’acte d’écrire. Mais ce sont aussi des personnes qui ouvrent généreusement leur cœur aux voix émergentes : ces dramaturges sont reconnus pour les encouragements, le mentorat, l’inspiration et même parfois l’abri qu’ils offrent aux jeunes générations. Ces artistes sont à la fois profondément ancrés dans leur pratique d’écriture et des leaders dans leur communauté; leur influence se fait sentir à plusieurs niveaux, en profondeur. Lorsque leurs œuvres trouvent leur public, c’est un moment inoubliable. Quels superbes finalistes! »

 

RÉCEPTION ET REMISE DU PRIX

Cette année, la toute première cérémonie numérique du Prix Siminovitch aura lieu le jeudi 26 novembre 2020 à 19 h (HNE). Cette soirée inclusive et interactive qui réunira artistes canadiens du théâtre et admirateurs convaincus de la discipline rendra hommage aux finalistes. On y annoncera aussi le nom du ou de la lauréat·e 2020.

« Nous invitons les membres de la communauté du théâtre au pays et tous les Canadiens à être des nôtres pour la première cérémonie numérique du Prix Siminovitch, et surtout à se laisser inspirer par ces extraordinaires dramaturges », note Christopher Deacon, président et chef de la direction du CNA. « Plus que jamais, pendant la pandémie, il est important de nous réunir pour célébrer l’excellence et l’innovation dans l’expression artistique au Canada. »

« Cette année marque le 20e anniversaire du Prix Siminovitch. Alors que le monde du théâtre vit un moment très douloureux, nous abordons cette étape en poursuivant notre engagement envers l'avenir de la discipline et le soutien à l'excellence et l'innovation avec ce prix annuel de 100 000 $ », déclare George Thomson, président du conseil d'administration de la Fondation du Prix Siminovitch.

 

COMPOSITION DU JURY 2020 DE LA FONDATION DU PRIX SIMINOVITCH

 

Le jury 2020 était composé des membres suivants : Vanessa Porteous, présidente (Calgary), Jessica Carmichael (Montréal), Julie McIsaac (Toronto/Colombie-Britannique), Olivier Sylvestre (Montréal) et Donald Woo (Toronto).

Le jury signale : « Nous avons cette année reçu un très grand nombre de candidatures extraordinaires des plus variées, et avons dérogé à notre habitude en sélectionnant cinq candidats, plutôt que quatre. Cette compétition très serrée illustre l’incommensurable pouvoir créateur et la captivante palette des artistes du théâtre actifs aujourd’hui au Canada. Les œuvres de ces dramaturges, comme celles de nombreux autres, sont actuellement en suspens en raison de la pandémie. Leurs revenus et leur avenir sont menacés par la fermeture des rideaux à l’échelle du pays. On ne peut qu’espérer que ces artistes, et tous les artistes canadiens du théâtre, retrouvent bientôt leur public. »   


LES FINALISTES EN DRAMATURGIE POUR LE PRIX SIMINOVITCH 2020 SONT :

Carmen Aguirre (Vancouver)

Carmen Aguirre est une artiste de théâtre et dramaturge primée, auteure et coauteure de plus de 25 pièces, telles Chile Con Carne, The Refugee Hotel, The Trigger, Blue Box, Broken Tailbone et Anywhere But Here, mais aussi Something Fierce: Memoirs of a Revolutionary Daughter (lauréat du prix Canada Reads 2012, best-seller à l’échelle nationale et internationale) et sa tout aussi populaire suite Mexican Hooker #1 and My Other Roles Since the Revolution. Aguirre travaille actuellement à une nouvelle adaptation de Médée d’Euripide pour le Rumble Theatre de Vancouver et des Femmes savantes de Molière pour le Factory Theatre de Toronto. Artiste principale à l’Electric Company Theatre, elle figure parmi les membres fondateurs de la Coalition des artistes de théâtre canadiens non-binaires originaires d’Amérique latine. Elle a collaboré à plus de 80 films, émissions de télévision et productions théâtrales. Elle a notamment tenu le premier rôle dans la première canadienne de The Motherfucker with the Hat de Stephen Adley Guirgis et le rôle principal dans le film indépendant Bella Ciao!, pour lequel elle a été citée pour un prix LEO. Carmen Aguirre est diplômée de Studio 58.

 

Tara Beagan (Mohkintsis/Calgary)

Tara Beagan est fière d’être Ntlaka’pamux et d’avoir des racines irlandaises paternelles. Avec Andy Moro, elle a fondé et dirige ARTICLE 11. Elle a assuré la direction artistique de Native Earth Performing Arts (NEPA) de février 2011 à décembre 2013; pendant cette période, la compagnie guidée par les valeurs traditionnelles a accueilli un aîné en résidence, et a déménagé au studio Aki, qu’elle a aussi nommé. Beagan a notamment effectué des résidences au Cahoots Theatre (Toronto), à NEPA (Toronto), au Centre national des Arts (Ottawa) et à la Berton House (Dawson City, Yn); elle est actuellement dramaturge en résidence au Prairie Theatre Exchange (Winnipeg). Des vingt-huit pièces qu’elle a écrites, sept ont été publiées et deux ont été citées pour un prix Dora (remporté une fois). Beagan a par ailleurs été finaliste au Concours du réseau des dramaturges albertains 2018, et sa pièce Honour Beat a remporté le prix de théâtre Gwen Pharis Ringwood 2020. Parmi les premières récentes de ses œuvres, notons Deer Woman en Aotearoa (Nouvelle-Zélande); Honour Beat au Theatre Calgary (en ouverture de sa saison 2018–2019); The Ministry of Grace au Belfry Theatre de Victoria; et Super dans le cadre de la série Plays2Perform@Home de Boca Del Lupo (Vancouver).

 

Martin Bellemare (Montréal)

Diplômé du programme d’écriture de l’École nationale de théâtre du Canada, Martin Bellemare reçoit le Prix Gratien-Gélinas 2009 pour Le Chant de Georges Boivin. La Liberté est produit à La Rubrique (Jonquière) en 2013 et à Montréal en 2015; le spectacle devait être présenté à Ottawa en 2020. Maître Karim la perdrix (Prix SACD en dramaturgie francophone 2018 de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques) sera créé au Théâtre des Capucins, au Luxembourg, en 2021. Moule Robert (Bourse CNL, finaliste au Prix SACD en dramaturgie francophone 2017, Prix Michel-Tremblay 2018) est produit simultanément à La Rubrique et au POCHE /GVE (Genève), puis au Théâtre de Belleville (Paris). Bellemare obtient quatre fois l’Aide à la création du Centre national du Théâtre/ARTCENA (Paris), et deux de ses pièces sont retenues au répertoire de la Comédie-Française. Pour jeune public, Un château sur le dos puis Des pieds et des mains, créé au CNA, circulent au Canada et à l’international. En 2019 sont produits Extraordinaire et mystérieux et Charlie et le djingpouite, tandis que Cœur minéral est lancé aux Francophonies de Limoges. Ce spectacle était prévu à Montréal en 2020.


Karen Hines (Calgary/Toronto)

Les riches œuvres satiriques de Karen Hines ont fait le tour du monde : de Toronto à Kuala Lumpur, ses pièces et « petits films » ont emballé la critique, charmé et provoqué les auditoires, et confirmé sa réputation comme « l’une des artistes les plus originales de Toronto » (Toronto Life) et « l’un des joyaux du théâtre canadien » (Toronto Star). Élevée par des scientifiques, Hines propose une perspective singulière sur la vie moderne en combinant des éléments aussi disparates que le réalisme magique, le féminisme et le marketing rose, l’immobilier et les changements climatiques. Elle est l’auteure de sept pièces primées, toutes publiées chez Coach House Books, et a été deux fois citée pour un Prix littéraire du Gouverneur général (pour Drama: Pilot Episode et pour la trilogie Pochsy Plays). Hines a par ailleurs collaboré au développement de nombreuses productions d’autres artistes, et est depuis longtemps directrice de Mump & Smoot, un duo qui produit des spectacles d’horreur et de comédie pour adultes. Parmi ses récents projets, notons son microsolo théâtral Crawlspace et All the Little Animals I Have Eaten, qui devait être créé à Toronto lorsque la pandémie a commencé. Hines écrit actuellement de nouvelles pièces, y compris le quatrième volet de la série Pochsy. Son style inusité, qui allie comique et bouffonnerie, lui a valu la réputation d’auteure qui offre au public un divertissement mordant, hilarant et provocateur.


Annick Lefebvre (Montréal)

Annick Lefebvre est diplômée en critique et dramaturgie de l’UQÀM en 2004. En 2012, elle fonde Le Crachoir, une compagnie qui repense le rôle de l’autrice ou de l’auteur au sein du processus de création/production/représentation d’une œuvre. Elle est entre autres l’autrice des pièces Ce samedi il pleuvait (finaliste du prix Michel-Tremblay 2013), La machine à révolte (finaliste du prix Louise-LaHaye 2015), J’accuse (finaliste du prix Michel-Tremblay, du prix de la critique de l’Association québécoise des critiques de théâtre [AQCT]  et des Prix littéraires du Gouverneur général en 2015), Les barbelés (finaliste du prix de la critique 2019 de l’AQCT) et ColoniséEs (lauréat du Prix Michel-Tremblay et finaliste des Prix littéraires du Gouverneur général en 2019), ainsi que de très nombreux courts textes pour des événements collectifs. Elle a récrit deux fois J’accuse : pour la Belgique, puis pour la France. Annick Lefebvre a été la protégée de l’auteur Olivier Choinière au Prix Siminovitch 2014. Son théâtre est publié chez Dramaturges Éditeurs.

 

À PROPOS DU PRIX SIMINOVITCH

Le Prix Siminovitch met pleins feux sur l’excellence et l’innovation en théâtre canadien. Sur un cycle de trois ans, il récompense un·e metteur·e en scène, un·e dramaturge ou un·e scénographe professionnel·le à mi-carrière qui est un·e chef de file en théâtre et dont le travail est reconnu pour sa portée et son influence. En 2019, le Prix a été remis à Maiko Yamamoto et James Long, qui ont choisi pour protégé Conor Wylie. Cette année marque le 20e anniversaire du Prix Siminovitch, lancé en 2000 pour rendre hommage aux valeurs et aux réalisations du renommé scientifique Lou Siminovitch et de sa défunte épouse, Elinore Siminovitch, dramaturge avant-gardiste.

Marcus Youssef, Olivier Choinière, Joan MacLeod, Daniel MacIvor, John Mighton et Carole Fréchette sont les lauréats précédents en dramaturgie. Le Prix reconnaît l’importance du mentorat pour soutenir les talents émergents : le ou la lauréat·e reçoit 75 000 $ et choisit à son tour un·e protégé·e, qui reçoit 25 000 $. Sur un cycle de trois ans, le Prix met à l’honneur metteurs en scène, dramaturges et scénographes.

En 2016, le Prix Siminovitch a amorcé un partenariat avec le Centre national des Arts, carrefour des arts de la scène multidisciplinaire et bilingue. Le Prix ayant en outre pour tradition d’encourager le mentorat, des étudiants des volets anglophone et francophone de l’École nationale de théâtre du Canada participeront à des ateliers avec les finalistes. Par ailleurs, les directrices artistiques du Théâtre français et du Théâtre anglais du CNA ont toutes deux reçu le Prix Siminovitch en mise en scène : respectivement, Brigitte Haentjens en 2007 et Jillian Keiley en 2004. En fait, depuis que le Prix a été remis pour la première fois en 2001, on a pu voir le travail de chacun des lauréats sur la scène nationale au CNA.

 

Twitter : @PrixSiminovitch
Mot-clic : #PrixSiminovitch


À PROPOS DU CENTRE NATIONAL DES ARTS

Le Centre national des Arts du Canada est un carrefour des arts de la scène multidisciplinaire et bilingue. Comme diffuseur, créateur, producteur et coproducteur, il propose une offre artistique des plus variées dans chacun de ses volets de programmation – Orchestre du CNA, Danse, Théâtre français, Théâtre anglais, Théâtre autochtone, et Musique populaire et variétés – et cultive la prochaine génération d’artistes et d’auditoires à l’échelle du pays. Le CNA est situé dans la région de la capitale nationale sur le territoire non cédé de la Nation algonquine anishnaabe.


-30-

 

RENSEIGNEMENTS :

Mary Gordon 

Conseillère principale,
Centre national des Arts
613 601-3877
mary.gordon@nac-cna.ca                            

Sean Fitzpatrick
Agent de communication,
Théâtre anglais et Théâtre autochtone
Centre national des Arts
613 899-9737
sean.fitzpatrick@nac-cna.ca

Menu