Événements et spectacles en direct au CNA – mise à jour du 13 octobre 2021.
 |

Tanztheater Wuppertal Pina Bausch

Wuppertal Allemagne

Pendant trente-six ans, Pina Bausch a été le cœur et l’âme du Tanztheater Wuppertal. Avec son vif intérêt pour la condition humaine, son regard pénétrant et curieux de tout, et sa foi impressionnante en sa propre sensibilité esthétique, elle a créé quarante-quatre pièces au total, de concert avec ses danseurs et ses collaborateurs artistiques. La poésie, la force des images et l’inventivité de ces œuvres découlent d’une constante observation de la vie réelle.

Ces qualités sont incontestablement liées aux méthodes de travail de Pina Bausch, qui posait des questions directes et personnelles à ses interprètes, et traduisait leurs réponses en histoires, en mouvements ou en tableaux pour concevoir ses pièces. Son parti-pris d’authenticité se reflétait dans les scénographies de Peter Pabst et Rolf Borzik, dans lesquelles des éléments comme la terre, l’herbe et l’eau laissaient des traces visibles sur les mouvements et les costumes des danseurs. Les coproductions internationales étaient aussi le fruit d’intenses recherches. En Italie comme au Japon, au Brésil, à Hongkong ou en Turquie, chacun des pays que la compagnie a explorés à la faveur de ses résidences prolongées a influé sur les créations du Tanztheater Wuppertal, sur le plan vue culturel et esthétique.

Lorsque Pina Bausch a pris les rênes de la division de la danse des Théâtres de Wuppertal, au début de la saison 1973-1974, et abandonné le ballet classique pour créer sa forme particulière d’expression artistique au carrefour de la danse, du mouvement, de la parole et de la scénographie, les auditoires et la critique se sont d’abord montrés extrêmement sceptiques. La danse-théâtre qu’elle avait mise au point différait complètement du ballet auquel le public local était habitué. D’emblée, les danseurs s’affirmaient comme des personnages à part entière, se confessant par la danse, le chant, la parole, et quelquefois le rire ou les larmes. Par l’enchaînement ludique des scènes individuelles, évoquant d’innombrables correspondances, les pièces abordent leurs sujets respectifs en mettant de l’avant des contrastes riches et variés, où les relations humaines et les conflits entre les sexes jouent souvent un rôle majeur. C’est ainsi que Pina Bausch a révolutionné les arts de la scène, imprimant durablement une orientation nouvelle au théâtre, de même qu’à la danse classique et moderne, et exerçant une influence marquante sur toute une génération de chorégraphes. Peter Pabst et Rolf Borzik ont conçu des décors inoubliables, et les costumes de Rolf Borzik et Marion Cito ont mis en valeur la sensualité des danseurs, tandis que Matthias Burkert et Andreas Eisenschneider créaient les puissants collages musicaux qui accompagnaient chaque pièce. Le résultat est d’autant plus remarquable que toutes les personnes engagées dans ce processus de création partaient chaque fois de rien. Toutes les productions ont commencé par une page blanche, sans thème ni forme précise. Si le mouvement, le langage, des décors, les costumes, la musique et la lumière finissaient par tomber en place pour former un tout cohérent, il faut en remercier les talents créateurs de tous les artistes participants.

Avec son credo, « je cherche à parler de la vie », Pina Bausch a non seulement élargi le champ expressif de la danse à un degré jamais vu : elle a aussi profondément transformé la discipline artistique elle-même. Dans cette perspective, ses pièces aussi évoluent constamment – non seulement à chaque représentation, mais avec chaque distribution. Le fait que la majorité des pièces de Pina Bausch soient encore dansées, à Wuppertal et dans le monde entier au fil des nombreuses tournées de la compagnie, est attribuable non seulement à leur thématique et à leur esthétique intemporelle, mais aussi à la pratique, établie de longue date, qui consiste à transmettre ces œuvres d’une génération de danseurs à la suivante. D’autres compagnies, comme le Ballet de l’Opéra de Paris et le Ballet d’État de Bavière, ont aussi intégré quelques-unes de ses chorégraphies à leur répertoire. Depuis la mort de Pina Bausch en 2009, les danseurs du Tanztheater Wuppertal continuent de donner vie à ses pièces.

L’un des défis particuliers auxquels est confronté l’ensemble international est de reproduire « l’esprit de Pina » au moment de reprendre une production avec une nouvelle distribution. Les membres de la compagnie viennent d’au moins dix-huit pays différents, et leur âge varie de vingt-six à soixante-huit ans – ce qui est assurément hors-normes. Près de la moitié des trente-quatre danseurs de la troupe n’a jamais travaillé avec Pina Bausch.

Depuis 2019, la compagnie est pilotée par Bettina Wagner-Bergelt à la direction artistique et Roger Christmann à la direction administrative. Bettina Wagner-Bergelt mise de plus en plus sur l’héritage chorégraphique de Pina Bausch, qui reste au cœur du développement de nouvelles formes de prestations et de projets d’apprentissage participatif et créatif. Avec le concours des danseurs, d’une équipe artistique chevronnée, et de partenaires de l’extérieur issus de la scène mondiale de la danse, le Tanztheater se consacre à préserver le riche catalogue de Pina Bausch. En étroite collaboration avec la Fondation Pina Bausch, il entend bien faire connaître son œuvre aux prochaines générations de danseurs et d’auditoires.

« Le questionnement ne cesse jamais, et la quête n’a pas de fin. Il y a là quelque chose qui touche à l’infini, et c’est ce qui en fait la beauté. » Pina Bausch
Menu