|
clarinette solo

Kimball Sykes

Kimball Sykes est clarinette solo de l'Orchestre du Centre national des Arts depuis 1985.

Originaire de Vancouver, il obtient un baccalauréat en musique de l'Université de la Colombie-Britannique, où il a étudié avec Ronald de Kant. En 1982, alors membre de l'Orchestre national des jeunes du Canada, il reçoit la première des deux bourses du Conseil des Arts du Canada qui lui seront décernées afin de lui permettre d'étudier avec Robert Marcellus à Chicago. Au fil des ans, il participe au festival de la School of Fine Arts de Banff, au Festival de musique de chambre d'Ottawa, de même qu'au Festival Scotia et au Festival d’Orford.

Il s'est produit sur place et en tournée avec l'Orchestre symphonique de Vancouver, a été membre de l'orchestre de l'Opéra de Vancouver et l'un des membres fondateurs du Vancouver Wind Trio. Il a aussi été clarinette solo de l'Orchestre symphonique d'Honolulu de 1983 à 1985.

M. Sykes s'est produit comme soliste avec l'Orchestre du CNA à de nombreuses reprises. En mai 2000, il a créé Vagues immobiles, un concerto pour clarinette que le CNA avait commandé à son intention au compositeur Alain Perron, sous la direction de Pinchas Zukerman, qui l’a également dirigé en novembre 2002 dans le Concerto pour clarinette de Copland. Il a aussi joué en soliste pour Thirteen Strings, l'Orchestre symphonique d'Honolulu et l'Orchestre philharmonique d'Auckland, entre autres.

M. Sykes a joué en soliste ou dans des ensembles de musique de chambre dans le cadre de diverses émissions de la chaîne anglaise de la Société Radio-Canada. Il a participé à l’enregistrement de l’Octuor de Schubert avec les Chambristes du Canada pour les Disques SRC. Il a gravé aussi le Quintette avec clarinette de Mozart avec Pinchas Zukerman et les chefs de pupitre de l'Orchestre du CNA Donnie Deacon, Jane Logan et Amanda Forsyth, pour le CD double consacré à Mozart et publié par les Disques SRC, mis en nomination pour un prix Juno en 2004.

Kimball Sykes enseigne présentement à l'Université d'Ottawa.

Menu