|
Compositrice

Ana Sokolović

Figure importante de la musique contemporaine, la compositrice Ana Sokolović se distingue tant au Canada qu’à l’international à travers de nombreuses et prestigieuses collaborations.

Originaire de Serbie, Ana Sokolović s’immerge dans l’art dès son plus jeune âge. Elle étudie le ballet classique avant de faire ses premières armes en théâtre et en musique. Elle entreprend des études universitaires en composition auprès de Dusan Radić à Novi Sad et Zoran Erić à Belgrade, puis termine une maîtrise au côté de José Evangelista à l’Université de Montréal au milieu des années 1990.

La fascination de la compositrice pour les différentes formes d’expression artistique teinte son travail. À la fois riche et ludique, sa musique plonge l’auditeur dans un univers imagé, souvent inspiré du folklore des Balkans et de ses rythmes festifs et asymétriques. Grâce au vent nouveau qu’insufflent ses compositions, elle ne tarde pas à faire sa marque dans le paysage musical contemporain au Québec et au Canada, mais également à l’échelle internationale.

Pièces pour la voix, l’opéra, l’orchestre et la musique de chambre et de scène témoignent d’une œuvre prolifique.

Ses œuvres lyriques ont conquis un important public, à l’instar de son opéra Svadba qui « semble inventer une phonétique universelle du cœur humain » et évoque un « Sacre du Printemps “miniature” » (Le Monde). Ses représentations se succèdent dans les opéras de nombreuses villes (Toronto, Edmonton, Philadelphie, Aix-en-Provence, San Francisco, Anger, Nantes, Luxembourg, Perm, Ljubljana, Montpellier, Montréal, Milwaukee) et écoles (Peabody Institute à Baltimore, Brooklyn College, Bard College, Hochschule Für Musik à Hannover). Autre fait opératique notable : son premier opéra, The Midnight Court, est interprété au Royal Opera House Covent Garden. Il fait partie des quatre œuvres (dont trois opéras) commandées par The Queen of Puddings Music Theatre (dir. Dáirine Ní Mheadhra et John Hess). La création d’une commande de la prestigieuse Canadian Opera Company (Johannes Debus) est prévue au cours de la saison 2019-2020.

Parmi ses œuvres orchestrales, mentionnons les interprétations de ses pièces par les orchestres suivants : Orchestre symphonique de Montréal (dir. Charles Dutoit, Kent Nagano), Orchestre du Centre national des Arts, Ottawa (Alexander Shelley, Johannes Debus), Orchestre des jeunes de la Méditerranée (Carlo Rizzi), Esprit Orchestra (Alex Pauk), Victoria Symphony (Tania Miller), Vancouver Symphony (William Rowson, Pierre Simard), Philharmonique de Belgrade (Cristian Mandeal), Windsor Symphony Orchestra (Brian Currant) ainsi que plusieurs orchestres universitaires sous les directions de Jean-François Rivest, Alexis Hauser, Boris Brott, Daniel Myssyk et Cristian Gort.

En ce qui a trait à sa musique de chambre, notons les commandes et créations d’œuvres par les organismes et ensembles suivants : ECM+ (dir. Véronique Lacroix, NEM (Lorraine Vaillancourt), SMCQ (Walter Boudreau), Turning Point Ensemble (Owen Underhill), Aventa Ensemble (Bill Linwood), Vancouver New Music (Giorgio Magnanensi), Concemporary Music Ensemble, McGill (Guillaume Bourgogne), Plexoos Ensemble (Andriy Talpash). Auxquelles s’ajoutent également les pièces pour les formations musicales suivantes : Quatuor Molinari, Quatuor Bozzini, Cecilia quatuor à cordes, New Orford String Quartet, Emily Carr, Ironwood, Goldmund (Berlin), Anima (Berlin), Trio Fibonacci, Ensemble Transmission, Trio Gryphon, Ensemble Paramirabo, Musica Intima, Evergreen Gamelan ensemble, CASP (Canadian Art Song Project), Land’s End Ensemble, Nu:BC Collective, Thin Edge New Music Collective, Erreur de type 27, Quintette Pentaèdre.

Pléthore de solistes initient également des collaborations fécondes. Parmi eux les instrumentistes Angèle Dubeau (et la Pieta), Andréa Tyniec, Yegor Dyachkov, Stéphane Lévesque, Lori Freedman, Brigitte Poulin, Marie-Annick Béliveau, Lara St-John, Marina Thibeault, Marc-André Hamelin, Joseph Petric, Milan Milošević, Mathieu Gaudet, Silvia Mandolini, Christina Petrowska-Quilico, Jutta Puchhammer-Sédillot, Marine Thibault, Ariel Barnes, Matt Haimowitz, Maja Bogdanović, Mario Brunello, Stéphane Lemelin, Julian Armour, Emanuel Vukovich et Marc Djokić. Ainsi que les chanteuses et chanteurs Barbara Hannigan, Krisztina Szabo, David DQLee, Jane Archibald, Laura Whalen, Florie Valiquette, Jacqueline Woodley, Shannon Mercer, Laura Albino, Mireille Lebel, Andrea Ludwig, Jana Miller, Helen Pridmore, Xin Wang, Kristin Hoff, Lauren Philips, Natalie Choquette, Michèlle Motard, Magali Simard-Galdès, Ingrid Smithüsen, Carla Huhtanen, Ellen Wieser, etc.

Sans oublier les nombreux festivals où la musique de la compositrice est aussi interprétée, parmi lesquels Aix-en-Provence, Présence (Paris), Nordic Music Days (Reykjavík), Biennale (Venise), Biennale (Zagreb), Holland Festival (Amsterdam), MNM (Montréal), ADEvantgarde Festival (Munich), Cervantino (Mexico), Diaghilev (Perm), ISCM Music Days (Vancouver).

Enfin, l’ouverture d’esprit et la curiosité artistique qui caractérisent Ana Sokolović l’amènent à collaborer avec des artistes issus d’autres disciplines. Notamment avec Theodore Ushev pour 3e page après le soleil (nominé aux Oscars) et d’autres réalisateurs de courts métrages et films expérimentaux. Elle travaille également avec la chorégraphe Louise Lecavalier, le danseur Teodor Currentzis, et les dramaturges Denis Marlot et Stéphanie Jasmin (Théâtre UBU) à l’Espace GO.

Prix et récompenses se succèdent au fil des années. Entre 1995 et 1998, Ana Sokolović est trois fois lauréate du Concours des jeunes compositeurs de la Fondation SOCAN. En 1999 elle obtient le premier prix du concours des jeunes compositeurs de Radio-Canada dans la catégorie musique de chambre, ainsi que le grand prix toute catégorie. En 2005, la compositrice est lauréate du prix Joseph-S.-Stauffer du Conseil des arts du Canada, du prix Opus pour le compositeur de l’année en 2007 et en 2008 du Prix Jan-V-Matejcek de la SOCAN. En décembre 2009 elle reçoit le prix du Centre national des Arts à Ottawa qui comprend 5 ans de résidences et d’enseignement en plus d’une commande. Entre 2011-2012, sa musique est célébrée dans tout le pays (plus de 200 événements) à l’initiative de la SMCQ. Son opéra Svabda reçoit 6 nominations, aux prix Dora Mavor Moore et devient lauréat dans la catégorie Outstanding New Musical/Opera. La Fondation Émile-Nelligan lui remet en novembre 2015 le prix Serge-Garant.

Une douzaine de disques compacts comprennent des enregistrements de ses œuvres : Ana Sokolovic – Folklore imaginaire par l’Ensemble Transmission, Higgs Ocean par Evergreen Club Contemporary Gamelan et Quatuor Bozzini, Thirst (TK442) par Turning Point Ensemble (Dir. Owen Underhill), Nouvelle musique montréalaise vol. II par Julie-Anne Derome et Silvia Mandolini, Nouveaux territoires par ECM+ (dir. Véronique Lacroix), Jeu des portraits, disque monographique par ECM+ (dir. Véronique Lacroix), Édifices naturels par Brigitte Poulin, So You Want to Write a Fugue par Christina Petrowska-Quilico, Odusiapar Mario Brunello, Figment par Matt Haimovitz, 5×3 par Trio Fibonacci. À venir : un second disque monographique par ECM+ (dir. Véronique Lacroix).

 En plus de son activité de compositrice, Ana Sokolović est également enseignante en composition à l’Université de Montréal et s’implique dans de nombreux projets dans sa ville d’adoption.

Menu