Le CNA prolonge les annulations et les reports d'événements jusqu'au 31 août

Quelques faits intéressants sur Beethoven

Beethoven n’a pas d’anniversaire!

Les historiens s’entendent pour dire que Ludwig van Beethoven est né à Bonn, en Allemagne, au mois de décembre de 1770. Toutefois, en raison de la façon dont étaient traités les documents au XVIIIe siècle, la date exacte de sa naissance demeure inconnue. Compte tenu du haut taux de mortalité infantile, les enfants recevaient normalement le baptême peu de temps après leur naissance. Puisque Beethoven a été baptisé le 17 décembre, l’une des théories populaires veut qu’il soit né le 16 décembre.

Beethoven ignorait son âge.

En fait, il croyait savoir, mais se croyait deux ans plus jeune qu’il l’était en réalité. La confusion résulte de sa première prestation publique, qui eut lieu à Cologne le 27 mars 1778. Il était alors âgé de sept ans et demi, mais son père affirma qu’il avait six ans. Bien des gens croient que son père fabula un peu pour renforcer la perception que Beethoven était très avancé pour son âge.

Un grand talent

Les plus vieilles partitions de compositions de Beethoven – un ensemble de neuf variations pour piano – datent de 1782, alors qu’il était âgé de douze ans. Déjà, il avait commencé à se distinguer de façon éloquente : sa composition était en do mineur, une tonalité très insolite à cette époque, et était particulièrement difficile à jouer.

« Cher journal intime, aujourd’hui j’ai composé un chef-d’œuvre. » D’accord, c’est de notre invention, mais Beethoven tenait bel et bien un journal intime. Il faisait la chronique de ses activités quotidiennes, comme la recherche d’un perruquier ou un piano, ou y notait l’adresse d’un professeur de danse. Il semble qu’il ait éprouvé beaucoup de difficulté avec le ménage, comme en font foi les nombreuses mentions de congédiement de gouvernantes.

Bach au bout des doigts. Avant d’être élevé au rang de compositeur célèbre, Beethoven était un pianiste virtuose. Alors qu’il était âgé d’à peine vingt ans, il avait l’habitude de jouer du piano dans les salons de la noblesse viennoise. À maintes reprises, il interpréta le répertoire de Bach, notamment les préludes et fugues formant Le Clavier bien tempéré.

Surdité dans les années 1800

Dans un tragique et ironique coup du sort, Beethoven était déjà un génie musical bien établi lorsqu’il devint sourd à l’âge de 25 ans. Dans la société moins ouverte des années 1800, Beethoven ressentit de la frayeur et de la honte. En 1801, il écrivit une lettre à son ami Karl Amenda : « Ce que je t’ai dit de mon ouïe, je te prie de le garder tout à fait secret, et de ne le confier à personne... » Il croyait, possiblement à juste titre, que ses amis et contemporains l’ostraciseraient s’ils découvraient sa perte d’audition. Vint le jour où il ne put plus cacher sa surdité. Beethoven utilisa alors des livres de conversations pour communiquer, demandant à ses amis d’écrire ce qu’ils voulaient lui dire pour qu’il puisse leur répondre.

Sonate au clair de lune

Pourquoi ce nom? La sonate au clair de lune de Beethoven, composée en 1801, est l’une de ses plus célèbres pièces pour piano, bien qu’il l’ait simplement intitulée Sonate pour piano no 14. Trois décennies plus tard, plus précisément en 1832, Beethoven n’était plus de ce monde depuis cinq ans lorsque le poète allemand Ludwig Rellstab déclara que le premier mouvement ressemblait au clair de lune sur le lac des Quatre-Cantons. Le nom resta.

De héros à zéro : Beethoven était un homme d’idéaux et il admirait énormément ceux de la Révolution française. Pour cette raison, il dédia sa troisième symphonie, l’Héroïque, à Napoléon Bonaparte. Toutefois, lorsque Napoléon se déclara empereur – le premier empereur de France en plus de mille ans –, Beethoven fut pris d’un accès de rage. Il déchira la première page de la partition, ratura le nom de Napoléon, et s’exclama : « Ainsi, il n’est rien de plus que le commun des mortels! Maintenant il va piétiner les droits des hommes et ne songera plus qu’à son ambition. Il prétendra s’élever au-dessus de tous et deviendra un tyran! » L’œuvre finit par être publiée comme la symphonie Héroïque, composée à la mémoire d’un grand homme.

Symphonie no 1 – Un peu d’humour musical?

Beethoven a 30 ans quand sa première symphonie est créée au Burgtheater de Vienne (photo). Elle est plus audacieuse que toutes les symphonies entendues jusque-là. Ce type de pièce est généralement considéré comme léger, mais Beethoven va plus loin, avec son introduction si hors-norme qu’on y voit souvent une bonne blague du compositeur!

Beethoven au grand écran

L’émouvante Symphonie no 7 est la bande sonore idéale pour le film Le Discours d’un roi, l’énorme succès de 2010. On l’entend alors que Georges VI prononce son fameux discours à la nation. Par ailleurs, si vous prêtez l’oreille, vous entendrez de petites allusions à la cinquième symphonie dans des contextes plutôt inattendus. Avez-vous regardé Saturday Night Fever récemment?

La Symphonie no 9 et l’« Hymne à la joie »

La Symphonie no 9 est souvent dite chorale bien que seule la finale soit chantée par un chœur. L’ajout d’un chœur tenait pratiquement de l’extravagance, à l’époque, mais l’idée semble avoir été payante : la « Neuvième » a changé à jamais le paysage musical mondial et continue d’inspirer public et compositeurs!

Menu