Tous les spectacles et événements sont annulés jusqu’au lundi 27 avril 2020

La musique de John Williams

Réflexion

Bienvenue à une toute nouvelle saison de la série Pops de l’Orchestre du CNA. Et quel grandiose coup d’envoi nous avons pour vous!

J’ai entendu la musique de John Williams pour la première fois en 1977 au Ziegfeld Theatre de New York. On y présentait Star Wars : Un nouvel espoir et j’ai été époustouflé… bien sûr!

À l’époque, cette renaissance résolument moderne de partitions intégrales pour orchestre au cinéma, à l’ancienne, était une révolution, et les mélodies de John restent l’étoile la plus brillante de plus d’un film légendaire. L’héritage d’illustres devanciers comme Korngold, Richard Strauss, Dvořák, Holst et Max Steiner est perceptible dans sa musique éminemment personnelle et originale, qui a probablement été entendue par plus d’auditeurs que celle de n’importe quel autre compositeur au monde.

Je ne me doutais pas, alors, que j’allais faire la connaissance de John et travailler avec lui à maintes occasions. Il y a plusieurs années, j’ai découvert une autre de ses musiques de film (celle de Monsignor) et j’ai été vivement impressionné par une scène, en particulier, dans laquelle plusieurs nœuds de l’intrigue se rejoignent, de façon plutôt mélodramatique, dans une cathédrale romaine. Au lieu d’un dialogue, le réalisateur Frank Perry avait eu la brillante idée de commander à John une merveilleuse pièce de musique liturgique, que celui-ci avait intitulée « Gloria ». J’étais tellement entiché de cette composition que j’ai appelé John pour lui demander la permission de la jouer à Ottawa. Il m’a répondu qu’elle était inédite, mais qu’il se ferait un plaisir de me prêter sa propre partition orchestrale pour nos concerts à Ottawa cette saison-là. Plusieurs mois plus tard, à la faveur d’une émission de la chaîne PBS, je l’ai remercié pour ce prêt et il m’a demandé, en toute candeur : « Est-ce qu’ils l’ont aimée? » Telle est la modestie d’un génie véritable.

Depuis, John et moi sommes devenus de bons collaborateurs et amis, et il nous a fait l’honneur, à l’Orchestre symphonique d’Indianapolis et moi-même, de nous confier l’exécution de versions préliminaires avant publication de sa musique, laquelle est ensuite corrigée, imprimée et mise à la disposition des orchestres du monde entier pour être jouée en concert.

John est un homme discret et concentré, un parfait gentleman. Et il restera sans aucun doute le compositeur le plus célèbre du XXe siècle.

Programme : La musique de John Williams

Thème principal de Star Wars (1977)

« La Marche de Superman » de Superman (1978)

« Vol vers le pays imaginaire » de Capitaine Crochet (1991)

Extraits de A.I. Intelligence artificielle (2001)

Ouverture des Cowboys (1972)

Thème de Rencontres du troisième type (1977)

« La Danse du diable » des Sorcières d’Eastwick (1987) 

« La Marche des aventuriers » des Aventuriers de l’arche perdue (1981)

ENTRACTE

Liberty Fanfare (1986)

Suite tirée d’Horizons lointains (1992)

Thème de La Liste de Schindler (1993)
Yosuke Kawasaki, violon

« Thème d’Hedwige » de Harry Potter à l’école des sorciers (2001)

« Le Monde merveilleux d’Harry » de Harry Potter à l’école des sorciers (2001)

Thème du requin des Dents de la mer (1975)

Thème principal du Parc jurassique (1993)

« Aventures sur Terre » de E.T. l’extra-terrestre (1982)


Menu