Rues fermées à la circulation autour du CNA pendant le défilé du père Noël
Iskwé

Dans un monde où le capital de notre vie se définit en fonction du regard d’autrui, les artistes si authentiquement désentravées comme IsKwé, Winnipegoise établie à Hamilton, appartiennent à une espèce rare. Considérée comme l’une des « dix principales artistes à surveiller » par CBC Music, IsKwé (qui signifie « femme » en cri) exploite une sonorité caractéristique où s’entrelacent ses racines cries, dénées et irlandaises, appuyée par des textes politiques poignants, de sombres et expressifs rythmes de R&B, des fioritures électroniques et des syncopes empruntées du trip-hop.

Depuis le lancement de son premier album éponyme à la fin de 2013, l’un des aspects importants de la vision artistique d’IsKwé est la création de liens esthétiques transculturels qui abordent ses propres luttes d’intégration et de fuite des archétypes occidentaux modernes.

Remettant sans crainte en question les convictions de ses détracteurs en honorant son patrimoine et en adoptant des opinions inébranlables, IsKwé est une artiste au talent illimité. Combinant des paroles émouvantes, interprétées à bout de souffle et bariolés des nombreuses nuances propres à la nature humaine, avec une palette de sons qui tire ses origines de l’atmosphère ombrageuse qui régnait à Bristol dans les années 1990, la musique d’IsKwé se repait dans la force de sa personnalité, son véritable cri de ralliement. Le deuxième album d’Iskwé, The Fight Within sera lancé à l’automne 2017.

video: Nobody Knows
Nobody Knows
Iskwé
Iskwé © Cassandra Rudolph
Iskwé
Menu